×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

BMCE Bank lance une OPV réservée aux salariés

Par L'Economiste | Edition N°:1441 Le 21/01/2003 | Partager

. 4,72% du capital de la banque, financés à des taux préférentiels. La moitié des titres à conserver 2 ans, le reste trois ans. Clôture de l'offre le 14 février, pour la fête des amoureuxUne effervescence particulière s'est emparée du personnel du groupe BMCE Bank hier à l'issue de la réunion annuelle des cadres. Et pour cause: la banque lance une OPV réservée au personnel titulaire de la banque et de ses filiales majoritaires. C'est Othman Benjelloun, le président, qui l'a lui-même annoncé. Cette décision arrive juste après la réorganisation opérée, jeudi dernier, au sein de BMCE Capital, le pôle Finances du groupe (cf. www.leconomiste.com). Le titre a été suspendu de la cote hier, et ce jusqu'à mercredi.L'OPV, une première dans le genre, initiée par Interfina, filiale à 100% de BMCE Bank, se déroulera du 29 janvier au 14 février 2003. «C'est le jour de la fête des amoureux, souligne Benjelloun. La cession des 750.000 titres, soit 4,72% du capital, s'effectuera à un prix unitaire d'acquisition de 400 DH, un prix plus élevé que celui des cotations actuelles, mais les titres achetés dans le cadre de cette opération bénéficient d'une garantie de cours. En fait, la banque a fait ses comptes: elle parie sur une reprise économique (gouvernement de Jettou, bonne année agricole en 2003, effets de l'accord avec l'UE…) et sur les résultats que lui donne le changement de style de gestion interne, notamment au niveau des ressources humaines.“A chaque membre du personnel est réservé un nombre d'actions qu'il peut acquérir, s'il le souhaite, partiellement ou en totalité, en fonction de sa rémunération et de son ancienneté au sein du groupe”, soulignent les responsables de l'opération, que l'on peut assimiler à des stock-options, sauf qu'elles ne sont pas réservées à l'encadrement. Il a fallu à une équipe composée de cadres de BMCE Bank et de BMCE Capital trois jours (et trois nuits) pour peaufiner cette offre et obtenir l'assentiment du Conseil de déontologie des valeurs mobilières (CDVM). Le visa est arrivé hier matin. Jalloul Ayed, le patron de BMCE Capital, ne tarit pas d'éloges sur la mobilisation du CDVM et le professionnalisme des équipes de Dounia Taarji, directrice du Conseil.La banque a mis en place, au profit du personnel éligible, un financement sous forme de prêt, à des conditions préférentielles, auquel il peut avoir recours, à sa convenance, afin de financer, tout ou partie, des actions à acquérir dans le cadre de l'OPV. «La banque engage 360 millions de DH dans cette opération», nous confie Othman Benjelloun.. Obligation de conservationEn contrepartie du financement, les nouveaux actionnaires s'engageront à conserver leurs actions pendant 2 ans pour la première moitié et 3 ans pour le solde. Sous réserve de cet engagement, condition du prêt, la cession des titres pourra être effectuée librement en bourse.Toutefois, dans ce genre d'opération, les salariés bénéficient généralement d'une décote du titre allant de 15 à 20% du cours de l'action. Ce qui n'est pas le cas pour l'OPV lancée par BMCE Bank. Cette dernière a préféré garantir à ses salariés un prix minimum de revente de 400 DH, sous réserve des conditions de durée de détention évoquées. Côté résultats, les perspectives de la banque sont assez prometteuses. Preuve en est, les résultats enregistrés lors du premier semestre 2002. Globalement, les principaux indicateurs d'activité étaient en hausse, mis à part le résultat net agrégé qui a terminé en retrait, grevé par les dotations nettes aux provisions. Baromètre de l'activité intrinsèque, le produit net agrégé (PNB) a grimpé de 4% à fin juin 2002, s'établissant à 1,06 milliard de DH. Cette progression s'explique par une importante contribution des activités génératrices de commissions. A l'instar du secteur bancaire, la part des commissions dans le PNB prend de plus en plus d'ampleur.


Diversifier le revenu

BMCE Bank a poursuivi le développement des produits et des revenus aussi bien de la bancassurance que les opérations du commerce extérieur, notamment l'activité change de la salle de marché. Il faut dire que le développement de ces activités de marché est un des piliers de la stratégie de la banque aux côtés de l'amélioration des revenus des activités de marché et d'une meilleure maîtrise du coefficient d'exploitation.Le résultat brut d'exploitation agrégé a augmenté de 4,38% pour se situer à 446,5 millions de DH. Mais, sous l'effet d'une progression significative des dotations nettes aux provisions clients (+51,6%), le résultat net agrégé s'est établi à 191,2 millions de DH au premier semestre 2002. Et ce, contre 202,7 millions de DH un an auparavant.Le volume des dépôts agrégés de la clientèle a enregistré une progression de 4,9% par rapport au 30 juin 2001, à 39,2 milliards de DH. La part de marché de la banque, activité Maroc, évolue légèrement de 14,8 à 15%. Par ailleurs, la structure des dépôts clientèle s'est améliorée avec une plus forte contribution des dépôts non rémunérés, de 48,4 à 49,6% entre juin 2001 et juin 2002.L'encours des crédits clientèle nets agrégé a baissé de 2,42% à 22,1 milliards de DH à fin juin 2002.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc