×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Baddou: La culture du résultat doit primer

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . Après les délégués, de nouveaux directeurs d’hôpitaux seront nommés. Solution en vue pour le problème des médecins résidents et internesAprès Nizar Baraka et Ahmed Réda Chami, c’était au tour de Yasmina Baddou ministre de la Santé, d’animer, hier, «les rencontres de la Primature» (www.leconomiste.com). Lors de cette table ronde, Baddou a mis l’accent sur les grandes lignes de la stratégie 2008-2012, déclinées en quatre grands axes, notamment un repositionnement stratégique des différents intervenants dans le système de Santé au Maroc (www.leconomiste.com). Il s’agit aussi de mettre à la disposition du citoyen une offre de soins accessible, de qualité et équitablement répartie sur l’ensemble du territoire et assurer la sécurité et la veille sanitaire. Baddou a également tenu à rappeler les acquis en matière de santé. D’après elle, «il existe beaucoup de dysfonctionnements dans le système national de Santé, néanmoins il ne faut pas perdre de vue les réalisations du ministère». La récente nomination des nouveaux délégués du ministère de la Santé, a également été abordée par Baddou. «Ils ont pour mission la mise en œuvre du plan d’action d’urgence du département, dont l’objectif prioritaire est le rétablissement de la confiance entre le citoyen et le système de Santé», indique-t-elle. Nommés mardi dernier, les délégués ont reçu une «lettre de mission» spécifiant les actions à mettre en œuvre. Ils sont tenus au résultat, a insisté Baddou, soulignant que, dans un délai de six mois, ils feront l’objet d’une première évaluation.Le plan d’action d’urgence n’est qu’une partie d’un plan global qui sera dévoilé prochainement. Il se décline en une soixantaine de mesures à réaliser sur le court terme, notamment la qualité de service et d’accueil dans les hôpitaux, la mise en place d’unités mobiles dans le monde rural, et la moralisation et la gestion transparente des centres de santé.Des changements sont aussi prévus à la tête des établissements hospitaliers. «De nouvelles nominations de directeurs d’hôpitaux sont prévues pour la semaine prochaine», souligne Baddou.Par ailleurs, le ministère de la Santé va présenter une proposition pour résoudre les problèmes des médecins résidents et internes, actuellement en grève. «La première mouture de cette proposition va être discutée au département des Finances, et ensuite proposée aux concernés dans un délai n’excédant pas trois semaines», ajoute Baddou.


    2,7 milliards de DH pour le Ramed

    Baddou a aussi mis l’accent sur la mise en place du régime d’assistance médicale aux économiquement démunis (Ramed) qui a débuté par un projet pilote dans la région de Tadla-Azilal avant sa généralisation sur tout le Royaume. Un budget de 2,7 milliards de DH sera consacré dans ce projet. Le ministère de la Santé va participer à hauteur de 2 milliards de DH, le reste sera à la charge des collectivités locales. Il faut toutefois distinguer entre deux types de bénéficiaires: une première catégorie sera une prise en charge totalement et une seconde devra débourser 120 DH par an et par personne composant le foyer (avec un plafond de 600 DH par an).Saad Souleymane BOUHMADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc