×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Attentats/Jordanie: L’horreur signée Al Qaida

    Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

    . Bilan des tueries: 57 tués, 300 blessés . La police arrête des suspects Au moins 57 personnes ont été tuées et 300 blessées dans des attentats suicides, qui ont frappé quasi-simultanément, mercredi 9 novembre, trois hôtels à Amman, les premières attaques d’une telle envergure en Jordanie. Le roi Abdallah II de Jordanie, qui se trouve hors du pays, a immédiatement condamné les “attentats terroristes criminels” qui ont visé les hôtels cinq étoiles Radisson SAS et Hyatt ainsi qu’un trois étoiles, le Days Inn. Il a souligné que “la justice punira les criminels”. Les autorités jordaniennes ont arrêté jeudi, 10 novembre “un nombre de suspects” pour leur implication présumée dans le triple attentat. La branche irakienne du réseau Al Qaida, dirigée par l’extrémiste jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, a revendiqué le triple attentat suicide sanglant, dans un communiqué qui lui est attribué jeudi 10 novembre sur Internet. Le Conseil de sécurité de l’Onu s’est réuni, ce même jeudi, pour discuter des attaques d’Amman, condamnées par plusieurs pays notamment les Etats-Unis, selon une source diplomatique à New York. La police a renforcé sa présence autour des hôtels et missions diplomatiques dans la capitale jordanienne. La Jordanie a fermé pour une période indéterminée ses frontières terrestres dont celles avec l’Irak. Les mesures de sécurité ont été renforcées dans les aéroports. Mercredi 9 novembre, vers 21H00 locales (19H00 GMT), un kamikaze a déclenché les explosifs qu’il transportait lors d’une réception de mariage dans la salle de bal de l’hôtel Radisson SAS, dans l’ouest d’Amman, faisant le plus grand nombre de tués. Un attentat a juste après visé le Hyatt où un kamikaze a fait exploser sa ceinture dans l’hôtel situé à moins d’un kilomètre du Radisson SAS. Presque au même moment, un autre kamikaze faisait exploser sa voiture piégée contre le Days Inn, situé dans un autre quartier non loin de l’ambassade d’Israël à Amman. Chef de la branche irakienne du réseau terroriste Al Qaida, Al-Zarqaoui est condamné à mort par contumace en Jordanie. Le groupe de Zarqaoui, qui a menacé à maintes reprises la Jordanie, a revendiqué en août une attaque aux roquettes contre le port jordanien d’Aqaba, où un soldat jordanien avait été tué, et contre la station balnéaire israélienne voisine d’Eilat. Le président américain, George W. Bush, a condamné dans les termes les plus vifs les attentats “barbares” à Amman et offert l’assistance de son pays pour mener les terroristes devant la justice. Le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, actuellement en Arabie saoudite, a lancé un appel urgent pour “une action collective contre le terrorisme”. La Syrie, l’Autorité palestinienne, les Emirats arabes unis et la France ont aussi condamné les attentats. Le directeur des renseignements militaires palestiniens en Cisjordanie, le général Bachir Nafeh, est décédé dans l’attentat contre l’hôtel Hyatt.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc