×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Entreprise Internationale

    Assurances françaises : La rentabilité toujours insuffisante

    Par L'Economiste | Edition N°:253 Le 07/11/1996 | Partager


    Les assureurs français ont présenté au premier semestre des résultats en redressement. Axa est en tête avec une rentabilité de 10,9%. Les AGF ont réalisé un profit en hausse de 48,5% avec 723 millions de Francs (1FF=1,70DH). Elles entendent doubler ce chiffre sur l'année. Après une perte de 2 milliards de Francs l'année dernière, l'UAP réalise un résultat en légère hausse d'un semestre à l'autre, de 860 millions. Athena enregistre une hausse de 64% de son résultat net sur les six premiers mois de l'année, soit 322 millions. Le GAN reste dans le rouge avec un déficit d'un milliard de Francs. Globalement, même si l'exploitation se redresse dans les métiers d'assurance, la rentabilité reste insuffisante. C'est la branche «dommages aux particuliers» qui affiche un redressement dans le secteur: les Français restent chez eux, d'où une baisse des cambriolages et des accidents de travail. En revanche, la branche «vie» enregistre des résultats moins brillants, imputés principalement à un moindre recours aux plus-values. En outre, l'amélioration globale de l'assurance reste masquée par la persistance de la crise immobilière. Le plus touché est le GAN: la crise a pesé pour 1,8 milliard de Francs au premier semestre sur les comptes de l'assureur. L'UAP a cédé de son côté 3,2 milliards de créances aux professionnels de l'immobilier issues de la Banque Worms, soit 45% du stock de créances encore portées par le groupe. Cette opération s'est traduite par une perte nette de 300 millions. La crise immobilière aura coûté au total quelque 12 milliards de Francs à l'UAP. Seules les branches comme «le transport» ou l»'assurance-crédit» ont connu des rapprochements, mais le marché anticipe des restructurations de plus grande ampleur.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc