×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Europe

    Associations professionnelles : La FIMME se fixe de nouveaux objectifs

    Par L'Economiste | Edition N°:253 Le 07/11/1996 | Partager

    La mise à niveau des industries métallurgiques, mécaniques et électriques exige une refonte du rôle de la Fédération qui les regroupe. C'est dans ce sens que la FIMME a élaboré une nouvelle stratégie basée sur des actions concrètes et réalisables.

    «La FIMME doit se doter d'une nouvelle stratégie basée sur une analyse pertinente de la situation actuelle et des objectifs bien déterminés». C'est la conclusion à laquelle sont parvenus les membres du Bureau de la FIMME, après avoir constaté que «la Fédération ne joue pas pleinement son rôle, car il lui manque une vision à long terme». Une nouvelle réflexion a été engagée lors d'un séminaire organisé les 2 et 3 octobre 1996 par le Bureau et auquel ont assisté des experts allemands.
    Le rapport dressé à l'issue des travaux constate que la FIMME «connaît parfois des faiblesses qui limitent son champ d'action». Sa structure interne, de l'avis des participants, est inadéquate. De plus, elle trouve des difficultés à mobiliser les 120 adhérents actuels et à en recruter d'autres, le secteur comptant 1.000 entreprises. Il est vrai, reconnaissent les séminaristes, que la diversité des opérateurs constitue un véritable problème.
    Les associations sont presqu'inopérantes et il manque un esprit de participation des sociétés membres. Sur le plan de la hiérarchie, «il semble que les règles du jeu ne sont pas bien claires».
    «Des mesures doivent être prises pour renforcer les structures internes et les liens externes de la FIMME», notamment par la révision des statuts et l'amélioration de la communication.

    Mieux communiquer


    La Fédération «doit adopter une démarche marketing pour intéresser les sociétés du secteur et pour améliorer son image auprès de son environnement», note le rapport. Elle doit par ailleurs renforcer sa présence au sein de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM).
    Afin que la FIMME puisse répondre aux besoins de ses adhérents, il faut d'abord qu'elle soit «un interface crédible pour des IMME compétitives». Cet objectif exige un effort particulier. D'abord, «la structure d'organisation et d'opération doit être mieux adaptée aux objectifs de la FIMME», sur la base d'un nombre plus important d'adhérents. C'est ainsi qu'elle pourrait «jouer un rôle actif et efficace pour préparer ses adhérents aux enjeux de l'avenir».
    Elle leur fournira l'assistance nécessaire à l'amélioration de leur compétitivité. Ses interventions iront de la formation, aussi bien initiale que continue, à l'intégration des normes et aux standards et systèmes d'opérations.
    Sur le plan des investissements et du commerce, la FIMME «a l'intention» d'identifier des opportunités sectorielles et de renforcer la communication entre les différents partenaires. Les opportunités sur les marchés intérieur et extérieur paraissent importantes et la situation est assez encourageante «grâce aux programmes ministériels et à la promotion des exportations». Néanmoins, «le manque d'information et de coordination ainsi que les retards de la mise à jour des textes réglementaires rendent difficile l'application des divers programmes d'appui à l'industrie».
    Pour l'animation du séminaire, la FIMME a fait appel à des consultants allemands de la Deutsche Gesellschaft für Teknische Zusammenarbeit (GTZ), maîtrisant la méthode ZOPP (Ziel Orientierte Projekt Plannung) ou Planification de Projets par Objectifs, PPO. Cette méthode consiste en un ensemble de procédures et d'instruments qui permettant de définir des objectifs «clairs et réalistes» valables pour une longue période.
    Elle vise à améliorer la communication et la coopération entre le projet, le siège de la GTZ et l'organisation partenaire en favorisant la planification commune du projet et l'emploi d'une terminologie claire. Parallèlement, elle se fixe pour objectif de délimiter la sphère de responsabilité de l'équipe du projet et de définir les indicateurs pour le suivi et l'évaluation du projet. La méthode ZOPP est un système ouvert dont la qualité dépend de celle de l'équipe de planification. Elle favorise l'harmonisation des différentes opinions des participants.
    L'analyse commence par le diagnostic d'une situation donnée. De l'ensemble des problèmes décelés, on isolera les plus importants. Ensuite, il s'agit de déterminer le problème central et de visualiser dans un diagramme les relations de cause à effet caractérisant tous les problèmes afin de les hiérarchiser.
    Appliquée à la structure et à l'organisation de la FIMME, la méthode ZOPP a abouti à la conclusion qu'il faut préciser les compétences et fixer les structures de la Fédération. Ceci exige l'identification des besoins en ressources humaines et en moyens techniques, d'une part, et la planification-budgétisation des réalisations, d'autre part. Une commission ad hoc sera mise en place pour l'élaboration et le suivi de la restructuration, ce qui requiert l'aval de toutes les associations affiliées à la FIMME.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc