×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Après une érosion de ses marges en 1993 : Apple cherche à vendre son système d'exploitation

    Par L'Economiste | Edition N°:117 Le 17/02/1994 | Partager

    Apple, numéro deux mondial de la micro-informatique, va bientôt lancer des micro-ordinateurs fonctionnant avec le microprocesseur Power PC, développé avec IBM et Motorola.

    Grâce à ces futurs produits, la firme américaine entend se repositionner sur un marché de plus en plus difficile en raison de la guerre des prix qui prime toujours sur le marché de la micro-informatique aux Etats-Unis.

    Satisfait du succès du Macintosh et de sa convivialité, le constructeur n'a pas réagi à temps aux nouvelles donnes du secteur. Depuis 1990, l'introduction sur le marché du Windows de Microsoft a rendu l'utilisation de tous les ordinateurs compatibles IBM aussi facile que celle d'un Mac . Avec cette même facilité d'utilisation, l ' ordinateur IBM présente l'avantage d'être commercialisé à meilleur marché, selon la presse étrangère.

    En 1993, les bénéfices d'Apple ont plongé de 83% à 86,6 millions de Dollars et ses marges se sont fortement érodées, passant de 40,5% fin 1992 à 24% un an plus tard. Plus récemment, c'est-à-dire au premier trimestre de son exercice fiscal 1993-1994 entamé le premier octobre dernier, le constructeur a affiché un bénéfice net de 40 millions de Dollars, en baisse de 75% par rapport aux 161,3 millions réalisés au cours de la même période de I ' année précédente. Cependant, et grâce à des ventes record d'ordinateurs Macintosh (1 million en trois mois), son chiffre d'affaires a enregistré une hausse de 23%.

    Pour se refaire une santé et générer de nouveaux revenus, Apple cherche donc à vendre son système d ' exploitation . Son président, M. Michael Spindler, a déclaré qu'il fallait ouvrir de nouvelles perspectives aux fabricants, les monopoles étant "mauvais" pour l'innovation, a-t-il relevé.

    Et d'ajouter : "notre objectif est de susciter un business qui permette d 'aller au-delà de nos 25% du marché des systèmes d 'exploitation".

    Le constructeur place également ses espoirs dans le lancement de son réseau électronique "eWorld" qui offre aux utilisateurs de Macintosh l'accès à des services professionnels.

    Mais, pour M. Spindler, il s'agit d'une action à long terme.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc