×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Amérique latine/Asie: Une alliance stratégique se prépare

Par L'Economiste | Edition N°:1906 Le 30/11/2004 | Partager

. Une région qui compte des millions de consommateurs. Les flux économiques sont énormes. Chine, principal moteur de ces enjeuxL’Amérique attise de plus en plus les convoitises. Outre la visite de SM le Roi Mohammed VI, les tournées successives ces dernières semaines des présidents chinois, sud-coréen et vietnamien en Amérique latine prouvent l’appétit de l’Asie pour les richesses naturelles de la région. Elles ouvrent aussi les portes d’un marché gigantesque aux économies latino-américaines. Brésil, Argentine et Chili ont été les principaux pays visités par le président chinois Hu Jintao et ses homologues sud-coréen Roh Moo-Hyun et vietnamien Tran Duc Luang, venus participer au sommet du Forum de coopération économique Asie Pacifique (APEC) à Santiago, les 20 et 21 novembre derniers. Un quatrième dirigeant asiatique s’ajoute à cette liste hier 29 novembre, avec le démarrage d’une tournée inédite du président pakistanais Pervez Musharraf, qui est accompagné d’une importante délégation d’industriels et qui se rend au Brésil, en Argentine et au Mexique. Pour l’Amérique latine, l’enjeu de ces visites est énorme puisqu’il s’agit d’économies comptant des millions de consommateurs et bénéficiant de rythmes de croissance inégalés. En Chine, par exemple, le PIB déjà équivalent au triple de celui du Brésil, de l’Argentine, du Pérou et de Cuba réunis, devrait progresser de 9% en 2004 pour la deuxième année consécutive. Pour l’Argentine, ancien “grenier à blé du monde”, la venue du président chinois a été une aubaine: toute une série de lettres d’intention ont été signées pour près de 20 milliards de dollars d’investissements de long terme. Le président argentin Nestor Kirchner a aussi signé un accord avec le Vietnam pour réduire les barrières douanières et pour des projets de coopération agricole, dans les sciences et technologies, dans l’énergie nucléaire et le sport. Le Brésil, premier partenaire de la Chine en Amérique latine avec lequel Pékin a prévu de multiplier par trois ses échanges d’ici 2010, a cherché à conclure une alliance stratégique avec la Chine. De gros contrats d’investissements chinois au Brésil sont prévus et la visite de Hu a donné un coup de pouce à la coopération dans l’aéronautique et l’espace. Avec la Corée du Sud, le Brésil a des projets conjoints dans l’énergie, les ressources minérales, les sciences et technologies et avec le Vietnam, il prévoit la construction de centrales hydroélectriques et la vente de téléviseurs sur ce marché. Lors de la visite de Hu au Chili, l’une des économies les plus dynamiques de la région, le président Ricardo Lagos a annoncé le lancement de pourparlers pour un traité de libre-échange et une coopération avec le Vietnam dans le domaine de la pêche. Chili et Japon ont décidé d’explorer la possibilité d’un accord de libre-échange. En marge du sommet APEC, le président du Pérou a annoncé des négociations avec Singapour, la Chine et la Thaïlande en vue de traités similaires. Lima a obtenu l’élargissement d’un accord phytosanitaire pour exporter en Chine des mangues, bananes, agrumes et la classification de destination touristique. Cuba a également bénéficié de la manne chinoise puisque 16 accords de coopération ont été signés.


La Chine avide

L’Asie représente pour l’Amérique latine un nouveau débouché avide de ses exportations de matières premières (cuivre, fer) et agroalimentaires (soja, viande) à côté de partenaires historiques en Europe et aux Etats-Unis, confrontés à des croissances faibles et d’importants déficits. “La modernisation de la Chine sur une période future plutôt longue et les énormes potentiels de développement dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes offrent une conjoncture historique très favorable à la coopération”, a estimé le président chinois, lors de sa visite à Buenos Aires. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc