×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Ukraine: Incertitudes et tendances séparatrices

Par L'Economiste | Edition N°:1906 Le 30/11/2004 | Partager

. Le verdict de la Cour suprême très attendu. Appel aux médiateurs si les négociations ne progressent pas L’Ukraine est plongée dans une profonde crise politique depuis l’élection présidentielle qui a entraîné un mouvement de contestation populaire sans précédent mené par l’opposition. A l’heure où nous mettions sous presse, le pays attendait le 29 novembre une décision cruciale de la Cour suprême qui se prononce sur la validité du scrutin. La parlementaire IouliaTimochenko a appelé les partisans de la “révolution orange” (couleur fétiche de l’opposition) à venir en masse devant la Cour suprême. La Commission électorale centrale avait annoncé le 24 novembre la victoire du Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch, lors du second tour de la présidentielle le 21 novembre. Mais l’opposition, dénonçant des fraudes massives, a déposé plainte devant la Cour suprême, qui a suspendu l’entrée en vigueur du résultat. Le Parlement ukrainien a invalidé le 27 novembre le second tour du scrutin, constatant qu’il avait été entaché de fraudes et que le résultat annoncé ne reflétait pas la volonté du peuple. Dans l’est du pays, Ianoukovitch a pour sa part mobilisé ses propres partisans, et la tension est fortement montée entre les régions ukrainiennes, alors que l’Est a promis l’organisation d’un référendum pour déclarer un territoire autonome si l’opposition parvenait à renverser le résultat proclamé des urnes.De son côté, l’opposition a annoncé qu’elle fera appel aux médiateurs internationaux dès le 29 novembre si les négociations avec le régime en place pour résoudre la crise ne progressent pas, a déclaré un député d’opposition Roman. Des médiateurs étrangers, les présidents polonais et lituanien, le président de la Douma russe et le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère avaient participé le 26 novembre à une table ronde avec les deux rivaux de la présidentielle et le président sortant Léonid Koutchma pour tenter de trouver une issue à la crise.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc