×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Air France prend le contrôle de 37,5% de SABENA

    Par L'Economiste | Edition N°:25 Le 16/04/1992 | Partager

    Le gouvernement belge a donné son feu vert à l'entrée d'Air France dans Sabena. Une opération devant être réalisée depuis déjà plusieurs mois, mais qui avait été retardée à cause de la crise gouvernementale bruxelloise.
    La prise de participation d'Air France dans le capital de la compagnie aérienne belge aura lieu à l'occasion d'une augmentation de capital de l'ordre de 2,5 milliards de Francs Français, à laquelle souscrira le gouvernement à hauteur de 1,5% milliard, le reste étant pris en charge par une société Newco afin d'entrer dans Sabena pour 37,5%.
    Air France détiendra de son côté 67% de cette société aux côtés d'investisseurs belges regroupés sous la tutelle de Bruxelles-Lambert.
    L'investissement d'Air France atteint ainsi 670 millions de Francs Français qui seront libérés en quatre tranches d'ici à 1994.
    Ce rapprochement, va modifier les rapports de force dans le transport aérien européen à la veille de sa libéralisation.
    Par ses alliances avec Sabena et CSA, compagnie tchécoslovaque en cours de privatisation et dans laquelle Air France, la Banque Européenne de Développement et la Caisse de Dépôt et Consignation détiennent 40% depuis près d'un mois, la compagnie aérienne française prend de l'avance sur son rival britannique British Airways.
    Cette dernière avait entamé, avec KLM, des négociations, ayant duré cinq mois et qui ont été rompues le 27 Février dernier.
    KLM et British Airways n'avaient pas réussi à trouver un terrain concernant leurs parts respectives dans le capital de la société qui devait naître de leur union.
    Pour la compagnie britannique, décidée à mener le combat sur le front atlantique, contrairement à Air France qui tient d'abord à faire ses preuves en Europe, le rapprochement avec KLM présentait un atout considérable: la société aérienne néerlandaise pouvait lui ouvrir le ciel américain compte tenu de sa participation de 20% dans le capital de Northwest Air Lines.
    Dans une interview accordée à la tribune de l'Expansion, le président d'Air France, Bernard Attali déclare que "Air France ne peut rester inerte". "Nous sommes, en chiffre d'affaires, la première compagnie européenne. Nous devons être le moteur en matière de regroupement et d'alliances", ajoute-il.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc