×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Agadir: Le Parc Souss Massa cherche partenaire

Par L'Economiste | Edition N°:2210 Le 09/02/2006 | Partager

. Un appel à manifestation d’intérêt bientôt lancé. Il s’agit de déléguer la gestion d’un circuit safari . Première opération du genre au Maroc LES réserves animalières du Parc national Souss Massa (PNSM) seront bientôt accessibles au public. Un appel à manifestation d’intérêt, suivi d’un appel d’offres ne tarderont pas à être lancés. L’objectif est la recherche d’un partenaire pour lui déléguer la gestion d’un circuit. C’est du moins ce qu’ont annoncé les responsables du parc à l’issue d’une rencontre organisée à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des zones humides, la semaine dernière. Le premier produit qui sera proposé au public, dès l’été prochain, c’est la découverte de la faune saharienne. Ceci à travers un circuit baptisé «Safari’’ de 30 km, prêt aujourd’hui à être commercialisé. Il ne reste plus qu’à trouver le partenaire privé qui prendra en charge l’organisation du service touristique. Cette expérience-pilote, la première du genre à l’échelle du Royaume, sera par la suite dupliquée dans le même site à travers la délégation d’un autre circuit à caractère ornithologique. Il s’agit de la visite guidée de l’embouchure de l’oued Souss, un lieu connu pour sa grande diversité d’oiseaux. A noter que cette zone humide constitue non seulement une escale migratoire pour de nombreuses espèces, mais aussi un lieu d’hivernage important pour plus de 2.000 volatiles. Ceux-ci sont attirés par la richesse en poissons et invertébrés aquatiques et terrestres. Si plus de 70 espèces (hérons, spatules blanches, flamants roses, cigognes) fréquentent le site, l’ibis chauve reste l’élément le plus remarquable. Ainsi, la dernière colonie au monde vit dans cet endroit. Et c’est pour préserver tous ces «illustres pensionnaires» que les responsables du parc prennent beaucoup de précautions avant son ouverture au public. Etendu sur 33.800 hectares, il a été créé en 1991. Outre l’originalité de sa faune et sa flore, le site est un véritable moteur de développement local intégré. Et ce, à travers la réalisation de plusieurs projets communautaires comme l’alphabétisation et la promotion d’activités génératrices de revenus. L’écotourisme en est notamment au cœur des programmes. Concernant ce dernier volet, rappelons qu’une convention a été conclue entre le parc de Souss Massa et le parc ornithologique du Teich (Aquitaine). Il s’agit en fait de s’appuyer sur l’expertise des dirigeants du parc français pour mettre en oeuvre une politique de protection, de gestion et d’ouverture au public. Pour cela, une coopération a été engagée entre les deux entités depuis trois ans. L’éducation relative à l’environnement et l’écotourisme sont les deux principaux axes développés. Un travail qui a permis, entre autres, des formations spécifiques à la protection de la nature au profit de membres d’ONG dans la contrée du Souss. L’identification et la formation de guides locaux sans oublier l’édition de supports pédagogiques sur l’ibis chauve ainsi que sur les réserves animalières du site étaient aussi au menu. Aujourd’hui, il est question de lancer une réflexion sur les perspectives de développement et de valorisation de la zone sud du parc.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc