×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agadir: Comment l’écologie peut relancer le tourisme dans le Souss

Par L'Economiste | Edition N°:1557 Le 09/07/2003 | Partager

. Des consultants de la région Aquitaine ont animé un séminaire au profit des opérateurs gadiris. L’audit réalisé sur deux hôtels de la station a montré qu’il reste beaucoup à faire sur ce plan “L’environnement est la matière première de nos métiers d’hôtellerie et de tourisme, aussi devons-nous intégrer pleinement cette dimension dans la gestion au quotidien”, a déclaré en substance Claude Reggiani, directeur général du club de vacances La Kasbah à Agadir. C’était lors d’une réunion de sensibilisation sur la gestion environnementale en fin de semaine dernière, animée par des experts en la matière de la région française Aquitaine. Un séminaire auquel ont participé un grand nombre de professionnels de l’hôtellerie de la ville, car pour eux la question est d’importance en ces temps de conjoncture morose et de grande concurrence. Ceci d’autant plus que l’adoption d’une gestion environnementale dans les unités hôtelières peut non seulement être un atout pour la destination auprès des tour-opérateurs étrangers mais également contribuer à l’amélioration des résultats financiers des hôtels. Pour ce faire, ces dernières années, les hôteliers de la place, conscients des enjeux, ont mis en place plusieurs dispositions en faveur de la préservation de l’environnement au sein des unités. Il en est ainsi entre autres de l’utilisation de la blanchisserie aux tranches horaires d’électricité les moins chères, la mise en place de mitigeurs dans les douches, ou encore le double vitrage aux fenêtres des chambres pour isoler des bruits de l’extérieur. Toutefois, à en croire les audits réalisés par les experts d’Aquitaine sur deux hôtels de la station lors d’une expérience-pilote, les efforts consentis sont pour l’heure insuffisants. Beaucoup reste encore à faire, notamment au niveau de l’économie de l’eau par exemple. Ceci est dû non à un manque de volonté des professionnels du tourisme mais surtout à la faiblesse d’implication des élus locaux. Ils étaient d’ailleurs peu nombreux lors de la conférence. Pourtant, toute démarche concernant l’environnement ne peut aboutir que si elle est collective. En d’autres termes, partenaires privés et publics, doivent y participer. C’est le cas en Aquitaine où, sans le soutien financier et technique des institutionnels et du Conseil régional d’Aquitaine, la démarche n’aurait pu réussir. Le succès du processus relève également de la mise en place et l’application d’un cadre législatif. Au Maroc aujourd’hui, malgré l’entrée en vigueur d’une loi sur l’eau, les dispositions de celle-ci manquent pour le moment de force exécutoire.A noter que ce séminaire s’inscrit dans le cadre d’une coopération décentralisée entre la région Aquitaine et le Souss-Massa-Drâa qui a démarré en 2001 (www.leconomiste.com). Rappelons que cette coopération a été initiée par le cabinet Performance Consulting à Agadir et Elisabeth Gay, consultante en stratégie environnement et développement durable en France. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc