×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Affaire Slimani & Co
Les accusés à la barre

Par L'Economiste | Edition N°:2416 Le 06/12/2006 | Partager

. Slimani interrogé sur sa relation avec El Youssefi l’entrepreneur Le procès en appel d’Abdelmoughit Slimani & consorts s’active. Contrairement au rythme hebdomadaire des séances, adopté en première instance, la Cour d’appel tient des séances presque quotidiennement. Lors de la dernière audience qui a eu lieu le 4 décembre à la Cour d’appel de Casablanca, c’était au tour de Slimani de passer à la barre pour répondre aux questions de la Cour et du ministère public. L’ex-président de la commune des Roches Noires, condamné à 10 ans de prison en première instance, s’est montré très serein. Il répondait aux questions de la Cour calmement et avec beaucoup de clarté. Lorsqu’il ne se rappelait pas d’un détail (les faits remontent à 1992), Slimani n’hésitait pas à mettre ses lunettes pour consulter ses notes. Les questions posées par le collège judiciaire qui traite le dossier tournaient autour des procédures suivies dans l’attribution des marchés publics de la commune des Roches Noires. Un point a davantage retenu l’attention de la salle: la relation qu’entretenait Slimani avec Boujemâa El Youssefi, entrepreneur ayant collaboré au projet immobilier d’El Fouarate Ouled Ziane et condamné en première instance à 6 ans de prison. “Je ne connais pas El Youssefi votre honneur, ni de près ni de loin”, se défendait Slimani. Une réponse qui n’a pas beaucoup convaincu la Cour puisque cette dernière lui a reproché un virement de 6 millions de DH effectué par la société Tivoli pour le compte de la société d’El Youssefi. “Pour quel motif votre société a viré ce montant à l’entrepreneur?” a interrogé le président de la séance Lahssen Tolfi. “Le virement dont vous parlez, votre honneur, a été effectué en 1990. Alors que je ne suis devenu PDG de Tivoli qu’en 1992. Je ne suis pas du tout concerné par cette opération qui a eu lieu deux ans avant mon arrivée à la tête de Tivoli”, répond l’ex-président de la commune des Roches Noires. La séance est levée à 19h. La prochaine est prévue pour aujourd’hui 6 décembre. D’autres accusés sont attendus à la barre.N. Be

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc