×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Aérospatiale: Chômage partiel et dégraissage

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    Les difficultés persistantes des compagnies aériennes et le tassement des budgets de défense ont conduit la société publique française Aérospatiale à mettre au point un plan d'"adaptation." Présenté devant le comité central d'entreprise, par le président de la firme, M. Louis Gallois, ce plan contient une révision à la baisse des prévisions de commandes sur les années 1992, 93 et 94 et des réductions d'effectifs, pour la première fois depuis 1986.
    Les commandes, qui avaient atteint 46 milliards de Francs en 1990, ont décliné à 22 milliards et devraient se situer à un niveau comparable en 1992, sauf grande fluctuation du Dollar.
    Le volet social du plan d'adaptation comprend des mesures de chômage partiel en 1992 et 1993 et quelque 1.150 suppressions d'emplois sur un total de 25.900 l'année prochaine. La division avions d'Aérospatiale, qui fabrique, entre autres, les Airbus et ATR, échappe à ces dispositions. L'opération s'effectuera sur la base du volontariat.
    Selon les responsables d'Aérospatiale, ce plan social "n'en cache pas d'autres". Il s'accompagne, en outre, d'un ensemble de mesures telles la réduction des frais de fonctionnement, la maîtrise des stocks et des cycles d'exploitation, etc.
    Son adoption vise à mettre la société "dans de bonnes conditions pour redémarrer dès que la reprise des commandes se produira, veut croire Aérospatiale.
    En Juin dernier, elle avait déjà annoncé de premières mesures: semaine de chômage technique dans plusieurs établissements, transfert de charges de travail vers des usines à vocation militaire et mobilité des effectifs vers la division avions. Cette solidarité s'était soldée par un échec.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc