×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Aéronautique: Effet limité de la crise financière

    Par L'Economiste | Edition N°:2877 Le 09/10/2008 | Partager

    . Thales confiant dans l’avenir du secteur . L’américain Honeywell veut pénétrer l’Europe et les pays émergents CONTRAIREMENT au secteur automobile, le secteur aéronautique ne connaît pas la crise. C’est du moins ce que déclarent les équipementiers. «La crise financière aura un effet limité sur les carnets de commandes des constructeurs d’avions commerciaux et d’affaires», estime l’équipementier aéronautique américain Honeywell, tablant sur des reports de commandes plutôt que des annulations massives en 2008 et 2009. «Actuellement, il y a des reports de commandes dans l’aviation d’affaires et commerciale, mais les carnets sont pleins pour deux, voire 3 ans», affirme Paolo Carmassi, responsable régional pour l’Europe et le Moyen-Orient notamment. «C’est pour cela que Airbus et Boeing et les fabricants d’avions d’affaires sont confiants», a-t-il ajouté. «Nous voyons des annulations. Mais elles sont minimes, a-t-il continué, reconnaissant toutefois qu’il y en a probablement plus qu’avant». Déjà, les déclarations quant aux intentions d’annuler des achats d’avions commencent à fuser. La compagnie aérienne russe Aéroflot va remettre en question ses achats d’Airbus A320 et A330 si la crise financière mondiale s’aggrave, a déclaré le patron de la compagnie, Valeri Okoulov, à 2 agences russes. «Pour le moment, compte-tenu des conditions de crédit actuelles, nous sommes en mesure d’acheter ces appareils mais si elles se détériorent, l’achat d’avions déjà commandés sera remis en question», a déclaré Okoulov. Honeywell a cependant réitéré la prévision faite dans une étude récente, selon laquelle 2009 devrait être une année record pour les constructeurs d’avions d’affaires, avec de 1.300 à 1.400 livraisons. L’équipementier américain (surtout présent aux Etats-Unis) a la ferme intention de pénétrer l’Europe et les marchés émergents très prometteurs, comme le Moyen-Orient et l’Asie. Pour se faire, il n’exclut pas des acquisitions. Au Moyen-Orient, il se propose d’aider les pays à développer leur industrie aéronautique et à implanter des services de maintenance. Honeywell fait également partie des 15 industriels sélectionnés pour participer au programme européen «Sesar» qui prévoit l’unification progressive du contrôle du trafic aérien en Europe. «Nous sommes assez confiants d’être sélectionnés», a déclaré Carmassi, qui attend une décision d’ici la fin de l’année.C’est au tour du PDG de Thales, Denis Ranque, de se dire confiant dans l’avenir de l’industrie aéronautique malgré l’impact de la crise économique et financière qui font peser des «incertitudes» à court terme. «Je sais que l’environnement a changé dramatiquement ces dernières semaines avec la crise financière et le ralentissement du trafic aérien. Mais en dépit de certaines incertitudes à court terme, nous croyons en l’avenir de l’industrie aéronautique», affirme-t-il. «Les carnets de commandes de nos principaux clients Airbus et Boeing sont très solides, même s’ils vont probablement connaître des réaménagements». Par ailleurs, le prix du pétrole et les contraintes économiques vont «continuer à encourager les compagnies aériennes à remplacer leurs vieux avions». Ce dernier s’exprimait sur le site allemand de Laupheim, spécialisé dans l’aménagement de cabines, que Thales et son partenaire allemand Diehl viennent de racheter à Airbus. La nouvelle entreprise Diehl Aircabin (51% Diehl et 49% Thales) va proposer des aménagements non seulement à Airbus mais aussi à son concurrent américain Boeing pour ses futurs programmes. Nous «essaierons d’avoir des contrats avec d’autres avionneurs», a confirmé le PDG de Diehl, Thomas Diehl. Les deux dirigeants ont évoqué une progression du chiffre d’affaires du site de 50% sur trois ans environ. Le président d’Airbus Allemagne Gerald Weber a indiqué que l’avionneur européen était en négociation pour proposer des contrats supplémentaires à Diehl Aircabin sur son futur long-courrier A350. Ces contrats porteraient sur le système de climatisation.J. K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc