×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Accord Gazprom/Sonatrach: Suez inquiet

Par L'Economiste | Edition N°:2350 Le 30/08/2006 | Partager

. Quel impact pour les consommateurs européens?L’accord conclu entre le groupe gazier russe Gazprom et la société algérienne d’hydrocarbures Sonatrach “peut être lourd de conséquences pour les consommateurs européens”, estime le PDG du groupe français d’énergie et d’environnement Suez, Gérard Mestrallet, dans un entretien aux Echos de mardi 29 août. “Dans l’immédiat, il montre surtout que nous, clients, avons raison de nous organiser pour peser plus lourd. Car dans ce métier, plus on est gros, mieux on négocie”, ajoute Mestrallet, dont l’entreprise entend fusionner avec le groupe gazier français Gaz de France (GDF). Pour autant, les initiatives de Gazprom ne “compromettent en rien les relations tissées” avec GDF, dont Gazprom est l’un des principaux fournisseurs, ajoute le PDG de Gaz de France, Jean-François Cirelli, dans le même entretien. Cirelli annonce la signature prochaine d’un “accord important de fourniture, nous garantissant des volumes de gaz russe pour une très longue période”. Selon lui, Gazprom “restera un partenaire privilégié” de GDF. L’Agence internationale de l’énergie (AIE), ainsi que la ministre française déléguée au Commerce extérieur, Christine Lagarde, avaient déjà appelé à la vigilance sur l’évolution de ce rapprochement entre Gazprom et Sonatrach, annoncé au début du mois d’août. Le protocole d’accord entre Gazprom et Sonatrach envisage une vaste coopération dans “l’exploration, l’extraction, le transport d’hydrocarbures, le développement d’infrastructures gazières, le traitement et la vente de gaz” en Russie, en Algérie ou dans des pays tiers, ainsi que de possibles “échanges d’actifs”, selon Gazprom. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc