×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Perspectives agricoles
La décennie de tous les dangers dans la région Mena

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4809 Le 05/07/2016 | Partager
Instabilité, manque d’eau, problèmes d’irrigation …
Une contribution très modeste à la production mondiale
Projections effectuées par l’OCDE et la FAO
agriculture_mena_009.jpg

Sur la période de dix ans, la croissance de la demande de produits alimentaires devrait peu à peu décélérer. Son principal moteur, à savoir l’accroissement de la population mondiale, ralentit, tandis que l’augmentation des revenus devrait se tasser dans les économies émergentes

Le cycle de prix élevés des produits agricoles de base est très probablement terminé, estiment l’OCDE et la FAO dans la dernière édition de leurs Perspectives agricoles 2016-2025. Mais les deux organisations appellent à la vigilance, car la probabilité d’une forte fluctuation des prix reste importante. Aussi, les prix corrigés de l’inflation des produits agricoles de base demeureront relativement stables au cours de la décennie qui vient. Les échanges agricoles mondiaux devraient croître de 1,8% par an en volume dans les dix prochaines années, contre 4,3% par an pendant la décennie écoulée.
Dans leur analyse, l’OCDE et la FAO consacrent un focus sur la région Mena. Des conditions naturelles difficiles et l’instabilité politique dans de nombreux pays créent des contraintes sur la production agricole. En raison d’un manque d’eau ou de problèmes d’irrigation, la région ne contribue que très modestement à la production mondiale. Le blé est la culture dominante, puisqu’il occupe pratiquement 60% des superficies cultivées. Dans des pays comme l’Iran ou le Maroc, les autorités s’efforcent d’accroître l’auto-approvisionnement au moyen de diverses mesures destinées à stimuler la production du blé. Or «ces progrès ont un coût, lié au rationnement de ressources limitées et au fait que l’augmentation de cette production se traduit par une stagnation de la production d’autres céréales comme le maïs et d’autres céréales secondaires», est-il indiqué. Par ailleurs, les cultures sucrières se développent, le sucre étant une source importante de calories. Une hausse de la production est également prévue pour le riz, les racines et les tubercules, qui restent toutefois des produits de niche.
Dans les secteurs de la viande et du poisson, la croissance réalisée ces dix dernières années ne se confirmera pas. Les experts prévoient une augmentation de la production d’environ 1% seulement par an, tirée par la volaille et la viande ovine. Encore très artisanal et caractérisé par une faible consommation d’intrants et un rendement modeste, le secteur laitier exploite principalement des vaches, des chameaux et des chèvres. L’essentiel du lait est consommé sous forme de produits dérivés frais, tandis que la production de fromage, de beurre et de lait en poudre reste limitée. Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (Mena), ainsi qu’un certain nombre de pays d’Afrique subsaharienne, sont particulièrement tributaires de leurs importations de produits alimentaires de base ou à forte valeur ajoutée. Actuellement, la région Mena importe plus de la moitié de son aliment de base, le blé, mais aussi 70% du sucre qu’elle consomme et 80% des huiles végétales. Sa dépendance vis-à-vis des importations de blé devrait légèrement s’infléchir dans la prochaine décennie, alors qu’elle s’intensifiera pour d’autres produits.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc