×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Une nouvelle ère pour la Libye!

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4760 Le 27/04/2016 | Partager
    Le gouvernement d’union nationale se met au travail
    La France propose une aide à la sécurité maritime

    La France est prête à aider le gouvernement d’union nationale libyen à assurer sa sécurité maritime. Ce sont là les propos du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en référence à la contribution que Paris pourrait apporter, notamment à l’opération maritime de l’UE contre les passeurs de migrants au large de la Libye.
    L’Union européenne a indiqué qu’elle travaillait à des projets concrets pour appuyer le gouvernement d’unité nationale sur le plan sécuritaire, lors d’une réunion des ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères le 18 avril à Luxembourg. Les Européens envisagent notamment de former les gardes-côtes libyens et d’élargir le mandat de Sophia, l’opération navale de l’UE de lutte contre les passeurs de migrants au large de la Libye mise sur pied à l’été 2015. L’Otan devrait aussi lancer dans trois mois de premières patrouilles maritimes au large de la Libye pour tenter de réduire le flux des migrants arrivant en Italie. Cette mission doit être approuvée au sommet de l’Alliance du 7 juillet à Varsovie.
    En Libye, le gouvernement d’union nationale prend ses marques. En début de semaine, il a pris le contrôle du siège de trois ministères à Tripoli, dont celui des Affaires étrangères. En une semaine, le cabinet d’union soutenu par la communauté internationale et issu d’un accord politique signé au Maroc fin 2015 sous l’égide de l’ONU, a pris le contrôle de huit ministères.
    De son côté, le Conseil d’Etat libyen (la plus haute instance consultative issue de l’accord politique parrainé par l’ONU) a pris ses fonctions et tenu sa première réunion vendredi dernier dans les locaux de l’ex-Parlement à Tripoli.
    Aux termes de l’accord conclu au Maroc entre des membres de forces politiques libyennes, les 145 députés du Congrès général national (CGN) deviennent membres du Conseil d’Etat. Ce dernier travaille de pair avec le gouvernement d’union nationale conduit par le Premier ministre désigné Fayez al-Sarraj et installé à Tripoli depuis le 30 mars. Les Occidentaux espèrent que le gouvernement d’union permettra à la Libye de regagner la stabilité et sera à même de lutter contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc