×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Hommage à la très «sélecte» cavalerie marocaine

    Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:4759 Le 26/04/2016 | Partager
    Ouaddar & Quickly de Kreisker au JO 2016
    Le prix du «Meilleur couple du monde»
    Le témoignage de la Fédération équestre inter- nationale
    cavalerie_marocaine_059.jpg

    Le cavalier Abdelkebir Ouaddar distingué lors de la 12e édition du «Trophée Maroc Equestre» par le président de la Fédération équestre internationale, Igmar De Vos. Ouaddar est le premier marocain qualifié au JO  (Ph. Bziouat)

    A quoi ressemble le meilleur couple du monde? Certainement pas à un homme et une femme unis pour...! Un cavalier, Abdelkebir Ouaddar, et son cheval, Quickly de Kreisker, font le tour de la planète en saut d’obstacles. D’authentiques vedettes primées «Meilleur couple du monde en 2015» par la Fédération équestre internationale (FEI). Un couple donc (heureusement qu’il en existe un vrai!) qui «a dominé le classement annuel des tandems cavalier/cheval avec un total de 1.680 points». Il fallait bien fêter une telle performance.
    Dimanche 24 avril à Skhirat, la 12e édition du Trophée Maroc Equestre rend hommage au cavalier marocain et sa monture sous des applaudissements nourris. Dans ce gala BCBG, les images d’une consécration défilent: un homme et un animal unis pour le meilleur surtout. Ils se baladent avec élégance, franchissent les barres avec une dextérité fascinante, courent contre la montre sous les commentaires d’un french-speaker affolé... Les honneurs sont au bout du parcours. Une convive chuchote: «J’ai la chair de poule». Elle n’est pas la seule.
    Du Grand prix de Doha Al Shaqab à Saint-Tropez en passant par Rabat. Le plus beau couple du monde équestre fait vibrer les cœurs et les terrains de saut d’obstacles. Le Belge Igmar De Vos, président de la FEI, a spécialement fait le déplacement au Maroc pour saluer «la riche tradition équestre marocaine et ses générations de cavaliers». La famille Jabri en est l’un des porte-flambeaux. Le petit-fils, Saad, et son compatriote, Rayane El

    salim_ejnanini_059.jpg

    Salim Ejnaini est un cavalier iconoclaste. Ce non-voyant assure que «nous sommes tous égaux à dos de cheval. Car les obstacles sont les mêmes»  
    (Ph. Bziouat)

    Ouarzazi, assurent brillamment la relève au World Jumping Challenge organisé l’an dernier en Bulgarie.
    Avec son smoking et son accent latino, le 14e président de la Fédération équestre internationale revient sur le couple Ouaddar & Quickly de Kreisker qui a remporté son titre haut la main: «Ce n’est pas une élection. Mais le résultat de nombreuses compétitions...».
    Une salle fière écoute religieusement l’orateur qui évoque «un événement important pour toute la région». Vêtue de noir, l’ancienne championne olympique du 400 m haies, Nawal El Moutawakel, partage sa table avec l’un de ses successeurs au ministère de la Jeunesse et des Sports, Lahcen Sekkouri (incognito du grand public) ou encore le jeune DG de la Société royale d’encouragement du cheval (Sorec), Omar Skalli, et son souriant confrère de la Marocaine des jeux et des sports (MDJS), Younès El Mechrafi. Le tour de table serait incomplet sans le flegmatique commissaire du Salon du cheval d’El Jadida, Dr Habib Marzak, également invité à célébrer une trentaine de cavaliers marocains et étrangers.
    Le milieu équestre peut paraître fermé ou (faussement) élitiste. L’essentiel est qu’en ces temps de patriotisme renaissant, un cavalier ne faisant pas ses 53 ans et sa monture font flotter le drapeau marocain. Ils pourraient réitérer l’exploit en Amérique latine, aux JO 2016 de Rio de Janeiro plus exactement. Là où le suspense d’une annulation a pesé sur l’épreuve d’équitation à cause d’une épidémie de morve menaçante pour les chevaux.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc