×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Azziman fait appel aux compétences universitaires

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4756 Le 21/04/2016 | Partager
Objectif, accompagner la réalisation de la réforme 2015-2030
Création d’un réseau de compétences dans le domaine de l’éducation
Un potentiel de 1.000 chercheurs universitaires déjà identifié par le CSE
omar_azzimane_056.jpg

Pour Omar Azziman, président du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, l’implication des compétences nationales à travers ce réseau va permettre au conseil d’assurer sa mission dans de bonnes conditions (Ph. L’Economiste)

Après l’élaboration de la vision stratégique de la réforme du secteur de l’enseignement (2015-2030), le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) passe à l’action. Pour ce faire, il affiche un besoin en termes d’analyses et études plus approfondies sur les différents aspects du secteur de l’éducation: didactique, pédagogie, gouvernance, évaluation des programmes et des compétences, études sociologiques des acteurs… Cela nécessite  donc la mobilisation de compétences multidisciplinaires. C’est dans cet esprit que s’inscrit la rencontre organisée, mercredi dernier à Rabat, par le CSEFRS pour la mise en place d’un réseau de compétences dans les domaines de l’éducation, la formation et de la recherche scientifique.
Ce projet permettra de mobiliser des ressources humaines disponibles dans les différentes institutions concernées par la recherche disciplinaire dans le domaine de l’éducation. Et d’encourager la mise en place d’une coopération dynamique entre les structures de recherche au niveau des différentes institutions nationales.  
«Pour  réussir ce projet en commun, il faut mettre fin au recours à l’expertise individuelle», tient à préciser Omar Azziman, président du Conseil. Les appels à manifestation d’intérêt qui seront lancés par le Conseil seront ainsi adressés aux structures universitaires nationales. Une enquête de terrain a été réalisée en 2015 pour identifier les structures de recherche oeuvrant dans les domaines de l’éducation, la formation et la recherche scientifique. Un travail réalisé à l’aide d’un questionnaire adressé à plus de 30 établissements (universités, centres de formation dans les métiers de l’éducation et la formation ainsi que les instituts). Selon les données fournies par les établissements qui ont répondu, quelque 980 chercheurs et 91 structures de recherche identifiés peuvent déjà subvenir aux besoins du conseil. Cette enquête a permis d’effectuer l’état des lieux des compétences disponibles et également relever les déficits dans certains sujets, signale Mohamed Souafi, responsable au CSEFRS. Parmi les domaines pour lesquels on enregistre un manque, on cite notamment l’économie de la formation, l’orientation scolaire et professionnelle, la sociologie de l’éducation, la gestion des ressources humaines. Cette rencontre était aussi l’occasion pour le Conseil de présenter un aperçu sur ses besoins aux représentants des structures de recherche présents.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc