×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Course automobile
    Mehdi Bennani livre les secrets de sa réussite

    Par Karim Agoumi | Edition N°:4750 Le 13/04/2016 | Partager
    Travail, passion, résultats, volonté… les clés de son succès
    Circuits permanents, écoles spécialisées… ce sport manque encore d’infrastructures de base
    Le pilote était l’invité d’une conférence qui s’est tenue à l’ESJC
    esjc_mehdi_bennani_050.jpg

    Le célèbre pilote marocain Mehdi Bennani était l’invité d’une conférence qui s’est tenue récemment à l’Ecole supérieure de journalisme et de communication (ESJC). L’occasion pour le sportif de l’extrême de prodiguer de précieux conseils aux étudiants (Ph. F. Alnasser)

    Partager son expérience de champion de course automobile avec les étudiants. C’est dans ce sens que le célèbre pilote marocain Mehdi Bennani a tenu une conférence à l’Ecole supérieure de journalisme et de communication appartenant au Groupe Eco-Médias, éditeur de L’Economiste et Assabah, et propriétaire d’Atlantic Radio, le 11 avril dernier. Un évènement qui a permis de revenir sur sa longue et ambitieuse carrière au cours de laquelle il a récemment été classé second à l’étape française du championnat du monde 2016. L’occasion également de discuter de l’impact et de l’avenir de ce sport particulier au Maroc et de livrer les secrets de sa réussite.
    Mehdi Bennani a commencé sa carrière très jeune à l’âge de onze ans, confie le sportif. Il s’est tout d’abord lancé dans le karting en 1999. Il a alors participé à bon nombre de championnats. Le pilote automobile a fait ses débuts dans le WTCC en 2009. Il a alors piloté pour différentes écuries avant de rejoindre celle de «Sébastien Loeb Racing». Il est le seul et le premier marocain à avoir remporté une course de championnat du monde organisée par la FIA en 2014. Un an plus tard, le mordu de sensations fortes est ressorti vainqueur du championnat du monde de Chine de WTCC sur le circuit de Shanghai. Et l’année 2016 promet d’être tout aussi glorieuse pour le pilote, qui a déjà décroché la seconde place de l’étape française du championnat du monde.
    Pour réussir dans le milieu automobile, le sportif de l’extrême a prodigué de précieux conseils aux étudiants. Selon lui, il est avant tout primordial de croire en sa bonne étoile. «On se bat contre les coureurs mondiaux. Il faut clairement se surpasser et donner le maximum de soi-même», confie ce dernier. Pour percer dans ce métier à la fois dangereux et captivant, travailler dur est également essentiel si l’on souhaite gravir les échelons sur la scène internationale. Le pilote doit également être un passionné de sensations fortes, de mécanique et de vitesse.
    Ce sport n’est pas exclusivement réservé à l’élite. Le sportif cite à cet effet l’expérience du coureur automobile français Sébastien Loeb, qui n’avait pas à ses débuts les moyens d’exercer le karting.
    L’engouement pour la course automobile se fait de plus en plus important au Maroc depuis plusieurs années. Néanmoins, le pays manque clairement d’infrastructures de base. «Nous n’avons pas véritablement de circuits permanents. Or,  ceux-ci sont essentiels pour la bonne pratique de ce sport», renchérit Bennani. Il n’y a pas non plus d’écoles pour former à cette discipline, malgré les nombreuses réunions de jeunes amateurs et professionnels du métier organisées par la Fédération royale marocaine du sport automobile.

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc