×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Comment TangerMed «tracte» les ports voisins

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4750 Le 13/04/2016 | Partager
    Le port de Motril sort la tête de l’eau grâce à une connexion maritime avec Tanger
    L’escale espagnole vise 200.000 passagers et 11.000 camions d’ici la fin de l’année
    tanger_med_port_050.jpg

    La nouvelle ligne TangerMed-Motril a permis au port de Motril de sortir du marasme (Ph. FRS)

    Perçu comme un concurrent de l’autre côté du Détroit, le complexe portuaire TangerMed est de temps à autre plébiscité comme une locomotive du développement. C’est le cas au sud de l’Andalousie avec le port espagnol de Motril.
    La presse espagnole n’a pas manqué pour une fois d’encenser le port marocain, considéré, à tort selon les professionnels des deux côtés, comme un concurrent direct du port espagnol d’Algésiras. TangerMed a permis, en effet, de redémarrer l’activité du port andalou, frappé par la crise. Depuis le 26 janvier dernier, jour du lancement de la nouvelle connexion maritime, le port espagnol de Motril a réussi à attirer plus d’une dizaine d’entreprises, parmi elles cinq sont déjà entrées en service. Il s’agit essentiellement d’entreprises du monde de la logistique et du transport. Il est prévu que d’autres installations suivent dans les prochains mois avec l’augmentation du trafic passagers.
    Dans le cas du fret, même si la connexion maritime opérée par la compagnie maritime FRS est encore en phase de rodage, elle a déjà réussi en l’espace de quelques semaines à assurer le transport de près de 3.000 tonnes de marchandises diverses dont des produits périssables mais aussi des composants pour le secteur automobile. Il est prévu que ce nombre connaisse une croissance rapide dès que les transporteurs testeront la fiabilité de la connexion. Au niveau de la branche passagers, la croissance semble elle aussi être de mise. Depuis l’ouverture de la ligne aux passagers  fin février, près de 1600 usagers ont opté pour le voyage par Motril.
    Le port espagnol a l’intention cette année d’atteindre les 200.000 passagers transportés, surtout lors de l’opération Transit MRE et 11.000 camions TIR.
    La durée de la traversée, sept heures, n’est pas de nature à encourager les passagers craignant le mal de mer, mais une grande partie pourrait être séduite par le confort d’éviter les 240 kilomètres de route qui séparent Algésiras de Motril, un argument en faveur des MRE à destination du nord de l’Espagne et du sud de la France.
    La nouvelle connexion permet de disposer d’un accès direct à l’autoroute A-7, une des voies névralgiques du transport routier au sud de l’Europe. En plus, cette ligne assure, selon FRS, une réduction du kilométrage routier avec plus de confort et une réduction des coûts.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc