×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Les nouvelles maladies cardiaques au Maroc

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4735 Le 23/03/2016 | Partager
Désormais, les troubles respiratoires du sommeil aussi considérés comme facteur de risque
La forte concentration en calcium chez ces sujets conduit à une rigidité artérielle
Couverture sociale, éducation sanitaire… les recommandations du Printemps

Si la maladie cardiaque progresse au Maroc comme ailleurs, la cardiologie profite d’avancées majeures. Tous les domaines sont concernés, technologique, diagnostique et thérapeutique. L’essor de cette médecine est partagé chaque année depuis 10 ans à l’occasion du Printemps de cardiologie, organisé par l’Association des cardiologues de Marrakech. Pour la 10e édition, qui vient de se clôturer, quelque 700 experts marocains et étrangers ont pu enrichir leurs connaissances pour mieux prendre en charge leurs patients. L’événement est jumelé cette année avec la 1re Journée franco-marocaine du sommeil, en présence de son président, Atul Pathak. Car depuis quelques temps, la pratique de la cardiologie a vu apparaître le sommeil comme nouvel acteur. En effet, à côté du bilan désormais classique de l’hypertension artérielle résistante, il faut également rechercher des troubles respiratoires du sommeil chez les patients insuffisants cardiaques, coronariens ou arythmiques. Puisque la prise en charge de ces troubles est une activité hautement multidisciplinaire, cette 1re journée d’échange a pour but d’interagir avec les différents acteurs déjà impliqués dans le sommeil et de former les cardiologiques et autres médecins qui s’y intéressent. Une mise en réseau nécessaire car trop de sommeil ou trop peu, ou un sommeil de mauvaise qualité seraient tous associés à un niveau élevé de calcium dans les artères coronaires et à la rigidité artérielle. C’est donc aujourd’hui scientifiquement prouvé, la durée du sommeil peut influencer l’apparition d’une maladie cardiovasculaire. Reste à connaître les mécanismes liant ces deux paramètres.

Aujourd’hui dans le Royaume, toute la pathologie cardiovasculaire est prise en charge. Les nouvelles techniques diagnostiques comme l’échographie, l’IRM ou la coronarographie, sont parfaitement maîtrisées par les cardiologues marocains. Idem au niveau thérapeutique grâce aux progrès dans le domaine médical avec les disponibilités de plusieurs familles de médicaments, dans le domaine chirurgical avec les pontages, et interventionnel entre angioplastie et correction de certaines cardiopathies congénitales. Tout cela ayant largement contribué à l’amélioration du pronostic des patients. Concernant les cardiopathies congénitales par exemple, jusqu’à une date récente, les praticiens marocains étaient impuissants en termes de diagnostic et de thérapie. La plupart des très jeunes patients, du moins ceux pour qui c’était possible, ont été envoyés à l’étranger pour se faire soigner. Grâce à l’intérêt grandissant des jeunes cardiologues pour la cardiopédiatrie, le traitement chirurgical interventionnel est aujourd’hui possible au Maroc, en dehors de quelques rares exceptions. Pourtant, même si la cardiologie marocaine a pris son envol, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, avec 2 points noirs: la couverture sociale et l’éducation sanitaire de la population. Et un constat: seule une infime partie des infarctus du myocarde arrive dans les temps aux soins intensifs pour être pris en charge.

Zoom sur le sommeil

maladie_cardiaques_035.jpg

 

En plus des effets néfastes sur le cerveau et le bien-être, le manque de sommeil pourrait rendre les personnes plus exposées au risque de maladies cardiaques. Des recherches internationales, suivies de près par les cardiologues marocains, ont démontré que dormir plus ou moins que 7 à 8 heures par nuit augmentait de 50 voire 70% le niveau de calcium dans les artères coronaires. Idem pour les 10% de la population concernés par le syndrome d’apnée du sommeil. Des malades qui présentent un risque accru de survenue d’une maladie cardiovasculaire. Cette affection entraîne un déficit d’oxygène au niveau du cerveau, alors que chaque micro-réveil augmente la pression artérielle et le rythme cardiaque.

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc