×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

OCP: Jackpot pour les bénéfices

Par Aïda LO | Edition N°:4735 Le 23/03/2016 | Partager
Capitalisant sur la flexibilité industrielle, le groupe enregistre un RNPG de 8 milliards de DH
La progression devrait se maintenir encore ce semestre
D’importantes économies attendues à travers la mise en service du pipeline
ocp_benefices_035.jpg

Les performances de l’OCP se maintiennent en hausse malgré un contexte défavorable des matières premières. La flexibilité de l’outil industriel a permis à l’entité de se positionner sur les marchés où la demande était forte, notamment en Afrique et en Inde. A noter qu’une des filiales du groupe Maroc Phosphore a fait l’objet d’un contrôle fiscal d’un montant de 240 millions de DH au cours de l’année 2015 au titre de la TVA. Celui-ci, contesté par le groupe, porte sur les exercices de 2007 à 2011 inclus et de l’IS, partie provisions, pour l’exercice 2011

2015 est décidément l’année de consolidation pour l’OCP. Le groupe parvient à faire oublier au marché le cycle de tassement des exercices précédents en enregistrant des performances astronomiques. Et ce en dépit d’une conjoncture mondiale peu favorable.  Les revenus de l’Office dépassent les 47 milliards de DH, en progression de 15%. Une amélioration attribuée à la hausse significative des volumes de vente de la roche et d’acides et de l’appréciation du dollar par rapport au dirham. Or, suivant le contexte international, le scénario aurait pu rapidement basculer. Entre la hausse des exportations de phosphates de la Chine et la baisse de la demande des pays d’Amérique du Sud, principalement le Brésil, le pire a été évité.

Des clients présents dans 150 pays

D’ailleurs, les volumes expédiés aussi bien des phosphates bruts que des engrais se sont inscrits en légère baisse. Mais la réorientation stratégique du groupe a longtemps misé sur la flexibilité de son outil industriel. Avec des clients dans plus de 150 pays et une présence à travers la chaîne de valeur, cet investissement a permis au groupe de se positionner rapidement sur les marchés porteurs. La forte demande d’engrais des pays africains et la reprise de la consommation indienne ont aidé l’industriel à améliorer ses ventes. Les expéditions de phosphates et dérivés ont du coup enregistré une croissance à deux chiffres: 16%. Le volume des ventes a atteint 44,2 milliards de DH en 2015 contre 38,3 milliards en 2014 et 37,3 milliards de DH en 2013. La forte reprise à l’export a fortement allégé le déficit commercial. Celui-ci a été ramené à 77 contre 114 milliards de DH en un an. Au niveau opérationnel, la hausse est plus probante bénéficiant entre autres de l’effet positif du taux de change. L’excédent brut d’exploitation a bondi de 54% à 17 milliards de DH. Ce qui a permis à l’opérateur d’afficher une marge d’exploitation en amélioration de 37%, soit 9 points de plus que l’année précédente. «Même dans des conditions de marché peu porteuses et le contexte défavorable des matières premières, la rentabilité du groupe devrait rester stable grâce à des économies d’échelle et des retombées des projets industriels en cours», commente Mostafa Terrab, PDG de l’OCP.
La mise en service du pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar a permis au groupe de réduire certaines charges (liées au transport notamment). Des économies supplémentaires sont attendues sur les prochaines années avec l’utilisation à pleine capacité de ce canal long de 182 km. Un autre pipeline reliant Gantour à Safi est prévu pour 2021. Le groupe compte aussi tripler sa capacité de production à travers la construction de 10 nouvelles unités intégrées de production d’engrais pour une capacité additionnelle de 11,7 millions de tonnes au niveau de Jorf Lasfar. OCP a également injecté l’année dernière 400 millions de DH dans sa filiale dédiée à la production et la commercialisation d’engrais et d’acide phosphorique, Jorf Fertilizers Company. Une première unité, JFC I est opérationnelle depuis le troisième trimestre 2015. Quant à JFC II, elle est prévue au courant de ce premier semestre.
Le résultat opérationnel, de son côté, ressort à 14 milliards de DH, en hausse de 56%. La bonne tenue des réalisations de l’entité s’est traduite par des bénéfices en accélération de 57% à 8 milliards de DH en 2015. Une des plus belles performances du groupe depuis 2012. Selon le mangement, la tendance haussière devrait se maintenir cette année encore. L’impact des investissements de l’OCP est de plus en plus visible. Durant l’exercice 2015, l’office a investi 46,7 milliards de DH (contre 35,58 milliards en 2014). Le groupe est depuis quelques années sur un rythme d’investissement de l’ordre de 20 milliards de DH par an. Il a d’ailleurs levé un milliard de dollars sur le marché financier international au premier semestre afin de financer ses projets. Cette stratégie agressive répond au besoin de l’OCP de garder sa position de leader sur le marché international malgré une concurrence de plus en plus serrée.
Le programme de développement du groupe fait de lui le premier investisseur national. L’industriel déploie depuis 2008 une nouvelle stratégie axée sur l’extension de ses capacités. Cela nécessitera un investissement global de 144 milliards de DH à l’horizon 2020.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc