×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Tanger: Les demandes de construction en baisse

Par | Edition N°:4732 Le 18/03/2016 | Partager
En chute de 12% par rapport à 2014
Les petits projets parmi les plus affectés
Aucun dossier instruit en 2015 dans le cadre de l’habitat social
tanger_construction_032.jpg

La crise qui affecte l’immobilier touche principalement le social où aucune demande n’a été enregistrée en 2015. Les chiffres restent «portés» par les immeubles résidentiels, projets qui, eux, ne semblent avoir pris aucune ride (Ph. Adam)

Le secteur immobilier est toujours grippé à Tanger. Selon les derniers chiffres annoncés par l’Agence urbaine de Tanger, lors de son 16e conseil d’administration, 2.429 dossiers ont été instruits en 2015. Le chiffre est en légère baisse par rapport à l’année dernière et est loin des scores réalisés lors de précédentes années comme en 2010 où il avait dépassé les 6.000 instructions. Même si ces chiffres reflètent des intentions et non des réalisations concrètes, il n’en reste pas moins qu’ils donnent une idée sur la tendance actuelle. Au sein de l’Agence, on évite de commenter cette baisse. Il s’agit, selon plusieurs acteurs du secteur, des effets directs de la conjoncture actuelle qui affecte l’ensemble de la région et du pays et pourrait même traduire une reconfiguration du panorama actuel.
En termes de taille, les petits projets semblent en retrait laissant la place aux grands projets. Ces derniers ont vu leur part augmenter de 41 à 56% du total des dossiers instruits. En chiffres absolus, leur nombre est passé de 1.121 à 1.369, soit une hausse de 22% par rapport à l’année précédente. Ce groupe est porté par les immeubles résidentiels qui en forment presque les deux tiers, suivis par les groupes d’habitation avec 14% et les unités industrielles et commerciales avec 11%, ex-aequo avec les lotissements.
Pour les petits projets, les maisons économiques tiennent le haut du pavé avec pratiquement neuf dossiers sur dix, suivies par les villas. A noter que ces chiffres ne comprennent pas les dossiers instruits dans le cadre des quartiers sous-équipés. Ces derniers sont eux aussi en légère baisse avec 3.471 dossiers en 2015, 680 de moins qu’en 2014. Dans le cadre de l’habitat social, aucun dossier n’a été instruit en 2015. Trois dossiers sont encore en cours d’instruction, selon l’Agence urbaine. Cela est dû au tassement de la demande en habitat social, les opérateurs attendant d’écouler leurs stocks. Elle rappelle que lors des 5 dernières années, 52 projets résidentiels de ce genre ont été approuvés, soit l’équivalent de 75.000 unités résidentielles. Ces chiffres dénotent, si l’on en croit plusieurs observateurs, un changement dans le panorama du secteur. Si, avant, les maisons traditionnelles primaient, actuellement, la tendance irait vers les appartements de moyen standing.

L’habitat clandestin a la peau dure

EN 2015, les commissions chargées de l’instruction des demandes d’autorisation dans les quartiers sous-équipés ont examiné 3.741 dossiers. Plus d’un tiers ont reçu un avis favorable. Mais malgré les efforts déployés, le phénomène de l’habitat clandestin persiste avec acharnement à travers des morcellements clandestins et des constructions non autorisées à l’intérieur et à l’extérieur des zones délimitées. Un phénomène d’autant plus frappant que les autorités ont mis en place des procédures d’autorisation de construire plus souples que dans les quartiers équipés. Le nombre de dossiers avait atteint son maximum en 2012, les autorités ayant entamé à l’époque une procédure extensive de régularisations des constructions non réglementaires. Le nombre de dossiers avait alors dépassé les 6.500.

De notre correspondant,
Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc