×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Affaire Kia: Amine Belkhouya acquitté

Par Amine ATER | Edition N°:4731 Le 17/03/2016 | Partager
City Cap a retiré sa plainte
La défense prépare un recours
affaire_kia_031.jpg

Après un procès long de 22 mois, l’ex-importateur-distributeur de Kia a été relaxé par le tribunal de 1ere instance de Casablanca. La carte est depuis 2014 détenue  par l’Emirati Bin Omeïr Holding Group (Ph. L’Economiste)

Clap de fin pour l’affaire Kia. Le tribunal de 1ere instance de Casablanca (Aïn Sebaâ) vient de relaxer Amine Belkhouya, ancien patron de Kia Motors Maroc (KMM). L’ex-chef d’entreprise et importateur-distributeur de la marque sud-coréenne a, rappelons-le, été placé en détention préventive pour «abus de confiance, escroquerie et dilapidation d’objets gagés». Suite à 2 expertises et des plaidoiries marquées par un feuilleton de reports, la Cour a finalement prononcé le verdict hier mercredi 16 mars. Le prévenu est donc relaxé suite au retrait de la plainte déposée par City Cap (filiale de Theora Holding). Le Crédit Agricole a  également retiré sa plainte, alors que la Cour s’est déclarée «incompétente» pour la plainte de la Banque populaire. En revanche, Attijariwafa bank est le seul plaignant à avoir eu un jugement en sa faveur vu que Belkhouya a été condamné à une peine de 1 an et demi (déjà purgée). Selon une source proche du dossier, la défense devrait déposer un recours contre ce jugement et préparerait même une contre-attaque judiciaire.  

Cette décision de la Cour vient confirmer finalement la certitude prémonitoire de la défense quant au dénouement de l’affaire. Nous l’avions d’ailleurs annoncé (Voir l’article Affaire Kia: Dernière ligne droite avant le verdict, édition du 23 février 2016).  Ce feuilleton judiciaire a, rappelons-le, démarré en avril 2014 après l’arrestation de Amine Belkhouya suite à une plainte déposée par City Cap (filiale de Theora Holding et qui détenait 35% de KMM) contre Alia Capital Invest (filiale de KMM) après le compromis de vente d’un terrain situé à Fès. Le contentieux portait essentiellement sur «une promesse synallagmatique de vente» de l’ordre de 260 millions de DH. Un recours en justice qui a été suivi par les plaintes du Crédit Agricole et d’Attijariwafa bank pour dilapidation de biens gagés. Un autre établissement bancaire, en l’occurrence la Banque Populaire s’est également porté partie plaignante.

De sources proches, le transfert de 14,5 millions de DH par Belkhouya en faveur de City Cap, et qui aurait été «occulté» lors de l’instruction par la partie civile, aurait pesé dans la balance. S’y ajoutent les deux expertises commanditées par la Cour et qui ont tranché en faveur de la défense.

Pour rappel, Kia Motors Maroc avait été liquidée au début de l’instruction dans le cadre de saisies et ventes aux enchères organisées par les banques plaignantes. La carte Kia est depuis passée sous le contrôle du groupe émirati Bin Omeïr (août 2014). En février dernier, la carte Kia a réalisé une performance commerciale record de 125%.
             

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc