×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

«L’impact fiscal n’est pas neutre»

Par Safall FALL | Edition N°:4730 Le 16/03/2016 | Partager
francois_bosco.jpg

François Bosco,directeur général, groupe des Brasseries du Maroc

- L’Economiste: La TIC a été légèrement revue à la baisse depuis une année déjà. Quels effets cela a eu sur l’activité eau?
- François Bosco:
L’impact fiscal, en général, n’est pas encore suffisamment neutre sur le prix de revient dégagé de cette activité. Nous versons quelque 30 millions de DH pour diverses impositions, dont 7 millions destinés à la localité de Ben Smim. Cela reste tout de même au bénéfice de la région et de la commune, en particulier. Cet aspect fait partie des conditions économiques d’exploitation de la source. Nous n’avons pas eu de difficultés à les assumer.

- Le marché local est extrêmement concurrentiel. Est-ce que l’export est une piste sérieusement envisageable pour Ain Ifrane?
- Une réussite à l’export serait liée à des coûts logistiques importants. Faute de quoi, vous n’aurez pas la compétitivité sur les marchés internationaux où s’activent déjà des opérateurs locaux. Ils sont généralement sur des lignes de production plus importantes, avec des économies d’échelle que nous ne pouvons pas faire aujourd’hui. L’export, pour nous, ce sera donc plutôt sur des segments de niche et sur des marchés du Golfe, par exemple. Pour l’instant, ces perspectives sont encore largement prématurées. Notre objectif est d’abord de consolider les bases sur le marché national en développant notre présence commerciale.

- 80 millions de DH.  C’est modeste pour le développement  d’une marque qui veut se faire une meilleure place…
- Le processus de fabrication de l’eau minérale est plus simple que celui d’une boisson gazeuse. Nous captons l’eau à la source avant de l’embouteiller directement. Ce qui est certain, c’est que nous concevons notre développement tout en restant dans une démarche de sauvegarde de la ressource. Tous nos projets de croissance devront intégrer cette donne dans leur réflexion.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc