×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Eaux minérales
Ain Ifrane veut faire «sauter le bouchon!»

Par Safall FALL | Edition N°:4730 Le 16/03/2016 | Partager
80 millions de DH pour le renouvellement et le développement de l’outil industriel et de l’offre
Pas de changement dans l’actionnariat
10% de part de marché et 200 millions d’investissement au bout de 5 ans d’activité
ain_ifran.jpg

Avec le concept de tourisme industriel, l’Euro-Africaine des Eaux (EAE) marque son positionnement marketing de son produit phare, Ain Ifrane. L’objectif est aussi de booster la visibilité de la marque sur un marché fortement concurrentiel

Petit poucet du secteur de l’eau minérale, Aïn Ifrane se sent bien à l’étroit dans sa bouteille. Avec 10% de part de marché et une 5e position en termes de volume, au bout de 5 ans d'activité, la marque embouteillée par l’Euro-Africaine des Eaux (EAE) planche sur sa croissance. «Plusieurs pistes sont encore à l’étude. Nous avons de nombreux projets de développement qui nécessiteront des investissements conséquents», explique François Bosco, directeur général du groupe Brasseries du Maroc. 

Pour commencer, une partie de ces investissements portera sur quelque 80 millions de DH, capitalisant sur les 200 millions déjà investis au bout de 5 ans de présence effective sur le marché local. Concrètement, la filiale à 100% de Brasseries du Maroc (BDM) vise le renouvellement d’équipements de production pour mieux coller aux dernières évolutions technologiques. La mise en bouteille est faite par gravité à une centaine de mètres de la source, dans une unité d’embouteillage construite sur une superficie de plus de 3.000 m². L’outil industriel est composé de trois lignes de production, réparties en 4 contenances (du 33 centilitres au 5 litres), avec un total de 72 collaborateurs pour faire tourner l’ensemble. Au total, 19 millions de bouteilles ont été produites à fin 2015 sur le segment du 33 centilitres. C’est justement autour de ce site que la société vient de lancer le concept de «tourisme industriel». L’idée est d’intégrer une composante industrielle dans l’offre touristique classique de la ville d’Ifrane et ses environs (voir carte). Si les objectifs de communication coulent de source, la marque espère surtout sortir de l’ombre des chênes et booster la visibilité (voir aussi L’Economiste n° 4729 du 15 mars 2016). Mais les évolutions attendues ne seront pas uniquement d’ordre industriel. Il s’agira aussi de lancer l’offensive, à terme, sur de nouveaux segments du business.

L’eau pétillante pourrait être un de ces nouveaux domaines d’activité stratégique  à l’étude. Mais la croissance ne se fera pas uniquement autour du produit et de l’outil de production. EAE mise gros sur le développement de son réseau de distribution pour améliorer le maillage du territoire. Même si l’essentiel de sa présence commerciale se fait au niveau du segment de proximité, le circuit GMS, en pleine expansion, est parmi les priorités de l’industriel. La société exploite depuis 2010 un volume de 94.650 m3 d’eau par an à partir de la source Ain Ifrane, soit 12 à 15% du volume global. Telles sont les clauses du contrat de concession pluriannuel établi avec les autorités du Bassin hydraulique de la région.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc