×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

L’Oriental s’attaque à la mise à niveau de ses centres ruraux

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4730 Le 16/03/2016 | Partager
1,3 milliard de dirhams pour 96 centres
Cette 1re convention sera généralisée sur les autres régions
nabil_benabdallah_030.jpg

Cette première convention avec l’Oriental a été signée par Nabil Benabdellah et Abdenbi Bioui, président du conseil régional de l’Oriental. Le ministère de l’Habitat compte généraliser l’expérience avec les autres conseils régionaux (Ph. A. K.)

Après avoir été déclaré région sans bidonvilles, l’Oriental s’attaque à ses villages et cible la mise à niveau de 96 centres ruraux. Son conseil régional vient de signer une convention de requalification urbaine avec les ministères de l’Habitat et de la Politique de la ville, l’Intérieur et la Jeunesse et des Sports. Ce nouveau programme de mise à niveau s’étale sur cinq ans et s’inscrit dans le cadre de la régionalisation avancée. Il est doté de 1,3 milliard de dirhams et se targue d’être le premier de son genre à être signé entre l’Etat et un conseil régional. «En cas de besoin, on cherchera d’autres financements car au-delà de son impact direct sur le niveau de vie des citoyens et la qualité urbanistique, cette convention servira de prétexte pour inciter les autres départements ministériels à débloquer d’autres budgets pour assurer la croissance convoitée dans le monde rural», confie à L’Economiste Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville. Et d’ajouter, «le défi est encore plus important pour les zones frontalières qui nécessitent un recadrage spécifique pour les mettre en harmonie avec les provinces et zones développées. Sur le plan national, nous avons débloqué plus de 11 milliards de dirhams à ce chantier et nous procédons par étapes au lieu de sombrer dans des considérations théoriques sans impact réel sur le quotidien des populations ciblées». De son côté, Abdenbi Bioui, président du conseil régional de l’Oriental, a expliqué que cette convention est le fruit d’une approche participative qui implique toutes les communes concernées. Elle servira de base pour assurer des services de qualité et garantir l’équilibre des espaces d’une région qui compte 8 provinces. La réalisation des actions programmées assurera aux centres ruraux les atouts urbanistiques dont ils avaient besoin pour être attractifs. Elle permettra aussi aux entreprises locales de s’impliquer dans le développement de leur région via l’exécution de travaux de qualité et la multiplication des opportunités de travail dans une région qui compte un taux de chômage inquiétant (18%). Quant aux différents présidents des conseils provinciaux de la région, ils ont insisté sur l’importance de réviser les procédures d’octroi des autorisations de bâtir dans le monde rural. Idem pour les prérogatives de la police de l’urbanisme et la résolution des problèmes que posent les lotissements informels. Ils ont plaidé pour le renforcement de la caisse de la solidarité sociale car 500 millions de dirhams, pour une région comme l’Oriental, sont insuffisants, ont-ils souligné.
De notre correspondant,
Ali KHARROUBI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc