×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’OIT s’implique dans l’éducation financière au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:4721 Le 03/03/2016 | Partager
Une convention signée avec la fédération marocaine pour l'éducation financière
Objectif: Améliorer l’inclusion financière chez les femmes, les jeunes, les auto-entrepreneurs…

Avec cette convention, l’OIT et la FMEF élargissent les champs des possibles en matière d’inclusion financière (Ph. Bziouat)

Les plus défavorisés peuvent aussi créer leur entreprise. C'est à cette démarche que s'attellent les institutions de la finance et celles du travail qui coopèrent pour améliorer l’intégration des catégories vulnérables dans le tissu économique du pays.

C’est dans cet esprit que s’inscrit la convention signée, mardi dernier, entre Guy Ryder, DG de l’Organisation internationale du travail (OIT) et Abdellatif Jouahri, Gouverneur de Bank Al-Maghrib et président de la Fondation marocaine pour l’éducation financière (FMEF). A travers cet accord, les deux parties cherchent à «éduquer et contribuer à l’inclusion financière de certains groupes particulièrement les jeunes, les femmes et même les migrants qui veulent créer et développer leur entreprise», indique le DG de l’OIT. Pour lui, il s’agit d’une démarche orientée vers certaines catégories de la société les plus vulnérables en vue de les accompagner pour créer leur propre entreprise. Ce qui va leur permettre de garantir un revenu et par conséquent une vie décente au sein de la société et également contribuer au développement de leur pays.

L’OIT dispose d’une expérience et une expertise en matière d’éducation financière qui sont mises à la disposition de la FMEF. Un travail dans ce sens a été déjà entamé depuis une année portant essentiellement sur la formation de formateurs, rappelle Jouahri. Les ministères de l’artisanat et du tourisme étaient les premiers bénéficiaires durant cette première étape. Alors que le plan d’action pour les années 2016 et 2017 sera focalisé sur les secteurs des microcrédits, les micro entrepreneurs, les auto entrepreneurs et les MRE. Sur ce volet, le DG de l’OIT rappelle que «dans toute politique d’appui et d’accompagnement des TPE et de la micro entreprise, l’accès à des services financiers durables et de qualité constitue une condition indispensable pour le succès et la durabilité des activités initiées par des jeunes, des femmes et des migrants dans leurs efforts de création d’activités génératrices de revenus». Profitant de l’occasion, le Gouverneur de Bank Al-Maghrib a rappelé les efforts déjà déployés pour promouvoir l’inclusion financière avec des progrès enregistrés dans ce domaine.

Premièrement, il souligne une nette amélioration du taux de bancarisation au sein de la société. «Dans le secteur bancaire, nous avons amélioré la protection des clients en matière de  prélèvements. Idem au niveau des contentieux avec la mise en place d’un système de médiation national qui commence à donner des résultats», ajoute Jouahri. «Cette inclusion financière doit être encore plus large pour concerner tous les services financiers que nous pouvons fournir à la population marocaine», conclut-il.
Noureddine EL AISSI
 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc