×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    COP21: Le 11 décembre, la date fatidique

    Par L'Economiste | Edition N°:4663 Le 08/12/2015 | Partager
    Défi: Un accord permettant de contenir le réchauffement à +2°C
    Le Maroc s’engage pour les énergies renouvelables

    C’est parti pour la deuxième semaine de négociations à la COP21 où le Maroc a fait du lobbying (cf. notre édition N° 4662 du lundi 7 décembre 2015). Le terrain étant balisé pour la COP22 prévue en 2016 à Marrakech.
    A Paris, la Conférence de l’ONU sur le climat doit aboutir vendredi 11 décembre à un accord universel permettant de contenir le réchauffement à +2°C par rapport à l’ère pré-industrielle. «Nous disposons d’une nouvelle base de négociations acceptée par tous. Il s’agit d’écrire la suite», a déclaré la négociatrice française Laurence Tubiana devant les délégations réunies en plénière.
    Le texte évoque la question de la répartition des efforts entre les pays, les moyens à mettre en oeuvre pour s’adapter au changement climatique outre la question des financements. Sur ce dernier point, les pays développés ont déjà mobilisé 10 milliards de dollars de financements publics pour soutenir une initiative africaine de développement des énergies renouvelables.
    L’expérience forgée par le Maroc en matière des énergies renouvelables est un modèle à suivre. Le président du directoire de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), Mustapha Bakkoury ou encore le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara ont présenté à Paris les atouts et les opportunités de la politique énergétique nationale en matière d’investissements, d’innovation et de développement.
    Les pays riches avaient promis de verser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour financer les politiques climatiques des pays en développement. Généralement, ces montants sont accordés sous forme de dons ou de prêts sur une période déterminée.  A ce jour, les destinataires veulent des assurances sur le déboursement de ces financements. Ils souhaitent au fait qu’ils augmentent après 2020 pour financer leurs énergies propres mais aussi les mesures d’adaptation aux effets du réchauffement.
    Dans le projet de texte, plusieurs demandes sont rassemblées sous l’intitulé «pertes et dommages». Sur ce registre, certains pays veulent être aidés pour faire face aux impacts du changement climatique, comme la désertification. La question des «déplacés climatiques» ou les «réfugiés écologiques» est aussi mise sur la table des négociations.  Côté juridique, quelle que soit la forme de l’accord, il entraînera des obligations et pourra être invoqué devant des tribunaux. C’est pourquoi sur chaque chapitre, les négociateurs regardent de près les différentes formulations.

    Tarification du carbone

    Les acteurs de la finance privée sont appelés à contribuer à la transition vers un monde bas carbone. Dans une nouvelle étude intitulée «Effective Carbon Rates in the OECD and Selected Partner Economies», l’OCDE préconise aussi d’améliorer la tarification du carbone afin de mieux refléter le dommage climatique des émissions.  La publication calcule, pour la première fois, les taux effectifs sur le carbone (TEC) des émissions de CO2 provenant de la consommation d’énergie dans 41 pays qui, ensemble, émettent 80% des émissions globales. Elle révèle que 90% des émissions de CO2 provenant de la consommation d’énergie ont un prix inférieur à 30 euros par tonne, l’estimation minimale du dommage climatique d’une tonne de CO2 et que 60% des émissions n’ont pas de prix du tout.

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc