×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    SNI modernise sa gouvernance

    Par L'Economiste | Edition N°:4616 Le 29/09/2015 | Partager
    Quatre comités stratégiques en place
    La RSE au cœur du projet du groupe
    Comptes: les premiers effets de l’ère Ouriagli

    Sur préconisation de Mounir El Majidi, la mise en place de comités spécialisés et le lancement d’un projet RSE feront partie des chantiers majeurs du groupe SNI

    Le groupe SNI inscrit les règles de bonne gouvernance dans ses priorités. C’est l’une des principales résolutions du conseil d’administration qui s’est tenu hier. La nouvelle plateforme s’appuie ainsi sur quatre comités spécialisés: Comité stratégique, Comité de nomination et de rémunération, Comité d’audit, Comité RSE et mécénat. Une manière d’adapter les structures aux nouvelles vocations du groupe. SNI cultive plus que jamais son statut de fonds d’investissement à long terme, un chantier revendiqué par Mounir El Majidi, président de Siger le holding royal qui contrôle SNI, et réaffirmé  depuis la nomination de Hassan Ouriagli à la présidence.
    Une autre mesure a consisté en la validation du projet RSE, lequel «vise à mettre le thème “Entrepreneuriat” au cœur du projet sociétal de la SNI». Ce projet sera assuré par l’Association Injaz Al Maghrib,  fondée à l’origine par le groupe.
    D’ailleurs, la part du groupe dans les cotisations reçues par Injaz a été portée de 19% à 50% avec la mise à disposition de locaux modernes afin de soutenir l’activité de Injaz. Le CA a également statué sur les comptes arrêtés au 30 juin. Rappelons qu’à fin 2014, SNI avait enregistré un chiffre d’affaires de 33,8 milliards de DH et un RNPG (résultat net part du groupe) de 3,5 milliards de DH, en baisse de respectivement 18,6% et 42,3%. Au premier semestre 2015, la situation semble s’être améliorée. A commencer par l’endettement net qui est descendu à 9,3 milliards à fin juin. Pour sa part, le résultat net part du groupe affiche une baisse de 8,9% «sous l’effet principalement des plus-values comptabilisées au premier semestre 2014», mais progresse de 1,5%  hors éléments exceptionnels.
    Au niveau des comptes sociaux, SNI SA revendique une progression de 36,1% pour son résultat net. Une performance attribuée à la hausse des dividendes des participations et la baisse des charges financières consécutives au recul de l’endettement. Hors éléments exceptionnels, la progression est de 26%. «Avec l’ère Ouriagli, le groupe résiste bien, malgré la conjoncture et la situation difficile de quelques secteurs, et voit ses résultats progresser tout en poursuivant ses efforts de réduction de la dette», fait-on valoir auprès de SNI.
    M. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc