×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La rentrée de la BCE s’annonce chaude

Par L'Economiste | Edition N°:4598 Le 01/09/2015 | Partager
Le contexte: situation en Chine et remontée de l’euro
L’inflation est stable à 0,2% dans la zone euro
La Fed sous les projecteurs

En août, le taux d’inflation annuel de la zone euro est resté stable à 0,2%. La BCE qui se réunit cette semaine a un objectif d’inflation de 2%.

Avec les récentes turbulences sur les marchés boursiers, les analystes guettent les prochaines réunions des banques centrales (BCE, Fed). En effet, la rentrée cette semaine de la Banque centrale européenne sera marquée par les inquiétudes sur l’économie chinoise et l’euro. Les gouverneurs pourraient évoquer d’autres mesures de soutien à l’économie à l’occasion de leur réunion de politique monétaire prévue les 2 et 3 septembre. Les sujets à débattre ne manquent pas: les krachs boursiers, le décrochage en Chine et les craintes sur des répercussions sur l’économie mondiale.
L’autre sujet auquel se pencheront les gardiens de l’euro est la forte appréciation ces derniers mois du taux de change de la monnaie européenne. Celle-ci s’est avérée être une valeur refuge dans un contexte de séisme boursier en Europe. Pour les experts, l’équation est simple: «Un euro cher peut affaiblir la compétitivité des exportateurs européens. Conjugué à une nouvelle baisse des prix du pétrole, la situation risque d’entraver le redémarrage de l’inflation». 
Selon une estimation publiée le 31 août par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, le taux d’inflation annuel de la zone euro est estimé à 0,2% en août 2015, stable par rapport au mois de juillet. S’agissant des principales composantes de cette inflation, l’alimentation, l’alcool et le tabac (1,2%, comparé à 0,9% en juillet) ainsi que les services (1,2%, stable comparé à juillet) devraient connaître le taux annuel le plus élevé en août. Ils sont suivis des biens industriels non énergétiques (0,6%, comparé à 0,4% en juillet) et de l’énergie (-7,1%, comparé à -5,6% en juillet). Pour soutenir l’économie, la BCE rachète depuis mars environ 60 milliards d’euros de dettes (principalement publiques). Le programme de rachats d’obligations (QE) prévoit au total 1.140 milliards d’euros de rachats d’ici septembre 2016. 
L’institution se base sur plusieurs signes encourageants comme la confiance du secteur privé en zone euro ou encore le redressement du crédit aux ménages et aux entreprises. Des éléments qui devront soutenir la croissance qui a légèrement ralenti à 0,3% contre 0,4% au premier trimestre, selon Eurostat. 
Les analystes surveillent aussi les décisions de la Fed qui se réunira le 17 septembre prochain. Une seule question revient: la Réserve fédérale relèvera-t-elle ses taux d’intérêt? Si elle ne le fait pas, les cours de l’euro pourraient grimper tout en mettant en cause le travail de la BCE. En tout cas, les dernières statistiques se sont révélées très encourageantes pour l’économie américaine (cf. notre édition N° 4597 du lundi 31 août 2015).
F. Z. T.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc