×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Automobile: L’usine de PSA tournera au gaz

    Par L'Economiste | Edition N°:4554 Le 24/06/2015 | Partager
    C’est l’un des sept contrats liés à l’implantation du constructeur
    Foncier, dispositifs ferroviaires et portuaires… le détail

    A plein régime, PSA Peugeot-Citroën de Kénitra table sur 30 milliards de DH à l’export à partir de son site. Les marchés du continent et du Moyen-Orient sont ciblés

    Le géant industriel français s’est entouré de toutes les commodités pour son implantation industrielle au Maroc. Le détail des sept annexes relatives à l’accord d’implantation signé la semaine dernière entre le constructeur et l’Etat marocain est connu. Le foncier est évidemment la première pièce du dispositif industriel que le groupe compte développer sur le site de Kénitra. Un contrat de mise à disposition du terrain industriel a en effet été finalisé avec les ministères de l’Intérieur ainsi que de l’Economie et des Finances. La 2ème  grande composante du package d’engagements est l’énergie, levant un peu le voile sur  les orientations stratégiques de PSA Peugeot-Citroën sur cette question. En effet, en plus d’un contrat classique de fourniture d’électricité signé avec l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE), le constructeur compte aussi s’approvisionner en gaz naturel pour son site de Kénitra. Des sources proches du dossier indiquent d’ailleurs que cet aspect aurait déterminé le choix de la plateforme de l’Atlantic Free Zone. L’industriel devait en effet sécuriser son approvisionnement en gaz naturel, dont quelques gisements ont été découverts dans le bassin du Gharb. L’'Office national des hydrocarbures et des mines a finalisé un contrat d’approvisionnement avec le groupe français.
    La supply-chain a aussi révélé ses principales composantes. Deux contrats de prestations portuaires et ferroviaires ont été établis par l’industriel français d’une part avec l’Agence spéciale Tanger Med et d’autre part avec l’Office national des chemins de fer (ONCF). Pour cette dernière structure, c’est une perspective intéressante qui se présente pour l’activité fret, déjà freinée par les retombées du projet de pipeline de l’OCP. Enfin, un septième accord a porté sur le Pacte d'actionnaires relatif à la société d'exploitation. Avec 95% des actifs financiers, et 5% pour la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), l’engagement du groupe français est bien supérieur à celui de sa compatriote Renault, sur le complexe de Tanger.
     A terme, PSA Peugeot-Citroën table sur un investissement de près d’1 milliard d’euros, dont 557 millions d’euros (près de 6 milliards DH, sont déjà sur la table pour la première phase du projet industriel. D’une capacité prévisionnelle de 200.000 véhicules, l’usine PSA apporte une valeur ajoutée avec la fabrication de 200.000 moteurs. La filière, bien qu’inscrite parmi les écosystèmes lancés, était encore peu présente sur le marché local. Plus de 24.000 emplois directs et indirects devraient ainsi être créés, pour un taux d’intégration prévu sur le site de 60%. L’ambition est de porter ce chiffre à 80%. Les premiers véhicules sortiront des chaînes de montage dès 2019.
    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc