×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Contrôle sanitaire
    L’ONSSA élargit son champ d’action

    Par L'Economiste | Edition N°:4554 Le 24/06/2015 | Partager
    Adoption d’une approche innovante et moderne
    Une ligne bleue à l’intention des citoyens et opérateurs

    Outre les saisies inopinées, les inspections sont aujourd’hui élargies aux exploitations, unités agroalimentaires, stations de conditionnement des fruits et légumes, abattoirs, halles aux poissons, marchés de gros… Et, à l’importation et exportation des produits alimentaires

    L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) élargit son champ de contrôle en matière de sécurité sanitaire des végétaux, des animaux et des produits alimentaires. Désormais, la vérification ne concerne plus seulement les produits alimentaires finis et mis sur le marché, mais aussi tout le processus de la chaîne alimentaire. Notamment, au niveau des exploitations, des unités agroalimentaires, stations de conditionnement des fruits et légumes, abattoirs, halles aux poissons, marchés de gros… Et, à l’importation et exportation des produits alimentaires.
     Le contrôle se fait de même au niveau des marchés de gros, dépôt de stockage, transports, distributeurs et lieux de restauration collective à caractère social et commercial. Les aires de repos, colonies de vacances et stations d’estivage sont aussi concernés par ce processus. Du pain sur la planche pour l’Office! Il faut noter que le contrôle est réalisé de plusieurs manières. Il est quotidien et s’effectue aussi les samedis, dimanches et jours fériés. Cas pour les  abattoirs, halles aux poissons et postes d’inspection frontaliers pour les importations et exportations, qui nécessitent la présence permanente des agents de l’Office. Le contrôle est aussi programmé selon l’analyse des risques et selon les spécificités de chaque région. Enfin, il peut être conjoncturel. Cas des opérations menées pendant le Ramadan, la période estivale, Aid Al Adha… Les inspecteurs vérifient alors la traçabilité, les conditions de distribution, d’entreposage et de mise en vente des produits alimentaires de manière régulière selon des programmes préétablis d’analyse du risque. Il faut préciser que les actions de contrôle sont réalisées par les agents relevant de l’ONSSA lors de sorties programmées au régional et local. Lors de campagnes de contrôle renforcé, le travail est effectué dans le cadre de commissions mixtes provinciales, préfectorales ou locales, regroupant les départements concernés tels que le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Santé ou autre
    In fine, si des infractions sont constatées, un procès-verbal est dressé et le verbalisateur y consigne  toutes les circonstances pour établir devant l’autorité judiciaire, la valeur des constatations faites. Suite à quoi, le procès verbal est envoyé dans les  24 heures au procureur général du Roi. Les produits présentant un danger pour la santé du consommateur sont alors détruits et dénaturés selon des procédures préétablies.
    Quel que soit le contrôle effectué, le maintien des bonnes conditions de travail et d’hygiène reste tributaire de la bonne conscience des professionnels qui doivent mettre en application les règles auxquelles ils ont été sensibilisés par les inspecteurs. Et pour tout manquement, le centre de relation de l’Office permet de répondre aux citoyens et opérateurs sur la ligne bleue de l’ONSSA: 080 100 36 37.
    Fatiha Nakhli
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc