×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Marrakech Grand Prix
    Le Maroc réussit sa manche !

    Par L'Economiste Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4508 Le 20/04/2015 | Partager
    L’étape à guichets fermés et suivie par 50 millions de téléspectateurs
    Le seul pilote marocain, Mehdi Bennani confirme

    Au-delà de la course automobile, l’unique étape africaine du championnat du monde des voitures de tourisme est une véritable vitrine pour la destination Maroc, en particulier Marrakech

    C’est à  guichets fermés que s’est déroulée le week-end dernier  la manche marocaine du 6e WTCC de la  fédération internationale de l’automobile, le Marrakech Grand Prix. Selon les organisateurs locaux, la billetterie ainsi que toutes les loges entreprises ont été épuisées 48 heures avant le début de la course. En 6 ans, Race of Morocco dont le groupe Eco-Médias est partenaire, a gagné en professionnalisme. La particularité de ce championnat est qu’il met en compétition des voitures de tourisme, donc de monsieur tout le monde, mais en moteur de course. Placé sous le Haut patronage royal, le rendez-vous marrakchi est la seule étape africaine de cette année.
    Côté compétition, l’honneur marocain a reposé comme toujours sur les épaules de Mehdi Bennani au volant d’une Citroën C Elysée engagée par Sébastien Loeb. Bennani est soutenu par plusieurs partenaires dont l’OCP,  Sopriam et Total Maroc. Il s’est classé deuxième aux qualifications juste derrière, le champion du monde, José Maria Lopez. Fait inédit pour le pilote marocain. Grâce à son pilotage et aux performances de son véhicule, la partie nationale de l’étape devrait, à l’heure où nous mettions sous presse, cette année marquer sa première montée sur le podium des 10 courses programmées lors de la WTCC. La tâche n’est pas aisée. Outre l’argentin José Maria Lopez, le team Citroën met en ligne 3 grands pilotes officiels que sont, les Français Yvan Muller, Sébastien Loeb et le Chinois Ma Qing Hua. La concurrence est aussi bien armée dans le clan des écuries d’usines avec Honda. Avec un excellent tandem de pilotes comme Tiago Monteiro et Gabriele Tarquini (champion du Monde en 2009 et 20 victoires), Honda a multiplié les séances de développement afin de réduire son retard technique sur le constructeur français. Aux côtés de l’écurie officielle, plusieurs Honda Civic de teams privés se sont alignées cette saison avec notamment le Hongrois Norbert Michelisz (3 victoires), le serbe Dusan Borkovic. Le constructeur américain Chevrolet a aligné deux très jeunes pilotes,  John Filippi et Hugo Valente et des outsiders redoutables comme l’Italien Stefano D’Aste (Munnich team) et le Hollandais Tom Coronel (Roal Team). Enfin, la firme russe a fait confiance à ses pilotes officiels, Rob Huff (Champion du Monde 2012, 27 victoires), Mikhail Kozlovskiy et James Tompson (4 victoires) qui ont baptisé la nouvelle Vesta.
    Au-delà du côté sportif, Race of Morocco a un impact positif sur la destination puisqu’il est suivi par 200.000 spectateurs sur place et plus de 50 millions de téléspectateurs à travers les chaînes de TVpartenaires. Tout comme chaque année, les marques et les équipementiers se sont donc mobilisés pour la réussite de l’unique rendez-vous de sport automobile marocain avec des animations pour tous les goûts. En effet, le Marrakech grand prix, c’est aussi des shows comme ceux offerts par le français Renault tout au long des 3 jours de course avec de nombreuses animations, des Hot laps (100 par jour) sur le circuit avec la gamme Clio R.S. et Mégane R.S. effectués par des pilotes professionnels. Pour l’occasion le constructeur français s’est attaché les services d’un des plus emblématiques pilotes de course français, Jean Ragnotti. Au programme également, le show Renault Twizy F1. Véritable vitrine technologique du «savoir-faire» du constructeur dans l’univers de la Formule 1, la version «surchargée» de la Twizy a démontré la suprématie de son accélération face à la Mégane R.S.   Avec son look incomparable et ses appendices aérodynamiques en carbone, Renault sport a voulu montrer que Twizy F1 n’est pas uniquement un concept-car de salon et que derrière les apparences, la performance est bien au rendez-vous avec une prouesse technologique qui a été réalisée par les ingénieurs de Renault Sport Technologies en collaboration avec Renault Sport F1.
    Sopriam y est aussi allé de ses tours de piste en faveur de ses clients et partenaires. L’importateur-distributeur exclusif de la marque Citroën a fait fort en proposant des séances de co-pilotage sur le circuit avec le détenteur du record des victoires en championnat du monde dans l’histoire du sport automobile (9 fois), Sébastien Loeb. Sensations fortes garanties. Moins éprouvant mais tout aussi excitant, le tour de piste avec José-Maria Lopez en DS3 Cario Racing. Profitant de son partenariat avec Mehdi Bennani, Sopriam a organisé une séance de dédicace dans son stand qui a connu un fort engouement.
    Dans les Paddocks, les différentes marques ont programmé des animations comme un karting, des shows de stunt moto et de drift avec des figures très acrobatiques ainsi que l’Auto GP, l’antichambre de la formule 1…Une course bruyante mais très impressionnante!

    B.B. & M. A. B.
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc