×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Automobile
Le secteur retrouve la croissance à deux chiffres

Par L'Economiste | Edition N°:4499 Le 07/04/2015 | Partager
Les ventes ont crû de 10% en mars dernier
Crédit sans intérêt, zéro apport, effort marketing, promotions…

Le premier trimestre a enregistré une nette progression des véhicules de tourisme (VP) et des utilitaires (VUL), de respectivement 25.831 et 3.075 nouvelles immatriculations.

Avec 9.195 nouvelles immatriculations enregistrées en mars dernier, le volume de vente des voitures neuves enregistre une variation positive d’un peu plus de 10%.  Un regain d’activité porté principalement par la dynamique des marques généralistes, relayée par une offensive de crédit sans intérêt ou encore de zéro apport et autres promotions, remises, cadeaux... Rien qu’au niveau du mois de mars, Chevrolet a pu commercialiser 51 véhicules pour 7 lors de la même période en 2014, soit une variation record de 628,57%.  Le japonais Suzuki a vu aussi ses ventes passer de 13 unités en 2014 à 72 en mars 2015, enregistrant au passage une variation de 453,85%. Une reprise qui touche aussi la marque Opel, qui a écoulé 169 unités en l’espace d’un mois pour 50 en mars 2014. L’allemande a atteint ainsi une variation de 238%. SsangYong a pour sa part pu écouler 41 unités le mois dernier, contre 18 lors de la même période en 2014. Un volume équivalent à une variation de 127,78%. Cette performance de la marque sud-coréenne est essentiellement portée par l’effet «prime à la casse» des grands taxis, dont sa déclinaison Stavic fait partie des modèles homologués. Pour sa part, l’espagnol Seat a fini le mois de mars avec 175 voitures écoulées contre 88 lors de l’exercice précédent, soit une variation de 98,86%. Parallèlement, les segments luxe et premium, à quelques exceptions près, continuent sur leur lancée. En effet, BMW et Audi ont chacun commercialisé 161 modèles en mars dernier, contre respectivement 132 et 124 à la même période de l’an dernier. BMW enregistre une variation de 21,94%, alors que la marque aux anneaux atteint 29,84%. La marque à l’étoile (Mercedes) a aussi vu son volume de vente passer de 130 (2014) à 175 unités en mars dernier. La marque allemande marque ainsi une variation de 34,62%. Mini a vu ses commandes passer du simple au triple entre mars 2014 (6) et le mois dernier (17 unités) atteignant ainsi une variation de 183,33%. L’américain Jeep enregistre pour sa part une variation de 117,39%, poussé par les 50 véhicules écoulés le mois dernier contre 23 lors de la même période en 2014. Porsche continue à enregistrer les commandes, avec 14 modèles commercialisés contre 6 en mars 2014, soit une variation de 133,33%. En revanche, Jaguar n’a pu écouler que 11 unités en mars contre 20 le même mois de l’an dernier, pour une variation négative de 45%. Quant à Land Rover, elle a vu ses ventes passer de 130 (en mars 2014) à 118 cette année, soit une variation négative de 9,23%. Sur le segment des utilitaires, 1.112 nouvelles immatriculations ont été enregistrées pour une variation positive de 14,88%. Dans le top trois, l’on retrouve Fiat (521 unité en 3 mois), suivie de Mitsubishi (502 unités à fin mars). Toyota truste la 3e place avec 476 véhicules.

A. At

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc