×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    «C'est tout l'univers du conseil agricole qui s'est recomposé»

    Par L'Economiste | Edition N°:4459 Le 10/02/2015 | Partager
    Autonomisation progressive des agriculteurs
    Une approche à caractère régional

    Fatiha Berrima, directrice générale de l’ONCA explique que "c’est tout l’univers du conseil agricole qui s’est recomposé, avec pour objectif de mieux structurer les offres en les intégrant dans un mécanisme global d’accompagnement de toute la chaîne de valeur agricole"

    - L’Économiste: Les actions de proximité ne sont pas nouvelles. Qu'apportez-vous de plus avec ce village itinérant du conseil agricole?
    - Fatiha Berrima:
    C’est un nouveau concept car il s’inscrit dans le cadre de la restructuration de la fonction du conseil agricole qui a amené la création de l’ONCA. Une approche pour innover dans les moyens de toucher les agriculteurs et leur apporter l’information requise. C’est une plateforme qui cible aussi différents publics. Aux agriculteurs, elle offre l’occasion de prendre connaissance de plusieurs produits et prestations liés au conseil agricole. Aux partenaires institutionnels, elle se décline en un espace quasi permanent pour promouvoir leurs offres auprès des agriculteurs. Il permet surtout d’offrir à ces acteurs du champ agricole marocain un espace de rencontre et d’échange. En amont, c’est une approche à caractère régional. Nous ne sommes pas dans la logique de stratégie nationale qu’il faut appliquer en adéquation avec les agriculteurs des régions. Dans l’Oriental on cible les agrumes, les viandes rouges, le lait, certains produits maraîchers et arbres fruitiers. Toujours dans le cadre de cette nouvelle approche, la seconde étape de ce village itinéraire ne se fera qu’après l'évaluation de la première.

    - Comment avez-vous procédé en amont à la construction de cette nouvelle approche?
    - La mise en place de cette politique a nécessité la reconsidération du cadre institutionnel et de gouvernance du secteur agricole. C’est tout l’univers du conseil agricole qui s’est recomposé, avec pour objectif de mieux structurer les offres en les intégrant dans un mécanisme global d’accompagnement de toute la chaîne de valeur agricole. La performance de cette chaîne est directement liée à celle de son maillon conseil. Elle consiste à mettre en place un dispositif conseil cible à l’horizon 2020 prônant l’utilisation d’approches novatrices pour développer une meilleure plus-value au service de ses bénéficiaires. Un dispositif pluriel donc, fondé sur l’autonomisation progressive des agriculteurs et la responsabilisation des acteurs. Et où l’Etat régule et stimule le développement du conseil agricole privé tout en restant garant d’un service public de proximité aux agriculteurs

    - Ce village s’articule autour d’un écosystème de partenaires institutionnels et professionnels. Pour quelle finalité?
    - Le village a été réalisé avec un écosystème de partenaires qui sont des partenaires stratégiques de l’ONCA: Les agences et Offices, les instituts de formation et de recherche, les chambres d’agricultures, les interprofessions et autres acteurs du secteur. L’objectif étant de renforcer le dispositif du conseil agricole, et de garantir une complémentarité et une mutualisation des moyens et des ressources pour atteindre les objectifs définis par le développement agricole.
    Propos recueillis par Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc