×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Sécurité alimentaire
Le Maroc offre son expertise en Afrique

Par L'Economiste | Edition N°:4420 Le 15/12/2014 | Partager
Le Royaume atteint son objectif post 2015
Et met à la disposition du FAO un fonds pour le soutien des agricultures africaines

Le Maroc soutient fortement l’initiative de la FAO pour la coopération Sud-Sud. Ci-dessus José Graciano Da Silva, directeur général de la FAO, et Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture qui ont organisé la première conférence internationale pour la Coopération Sud-Sud à Marrakech

Après la Guinée, le Maroc va offrir son assistance technique au Mali. De nouveaux accords de coopération viennent d’être annoncés lors de la 1re conférence internationale sur la Coopération Sud-Sud (CSS) pour la sécurité alimentaire qui a achevé ses travaux le 14 décembre. Organisée à Marrakech à l’initiative du Ministère de l’Agriculture et la FAO, cette rencontre de sommet, à laquelle prenaient part plusieurs ministres africains, a rassemblé aussi des experts pour faire le point sur les dernières innovations pour l’agriculture familiale et son financement. Le Maroc qui a atteint le premier objectif du Millénaire pour le développement, à savoir réduire de moitié la proportion des personnes souffrant de la faim avant 2015, est cité comme exemple. Son expérience est établie, insiste José Graciano Da Silva, directeur général de la FAO. Les nouveaux modèles de partenariat peuvent transformer l’architecture de développement et corriger les défauts des anciennes formes de coopération technique et tous les pays peuvent y jouer un rôle, estime le DG de la FAO. Il existe plusieurs solutions de développement et les pays manifestent leur volonté de soutenir le programme CSS. Reste à trouver le moyen de connecter et de financer de la manière la plus efficiente le partage de connaissance. D’où l’initiative de la FAO permettant aux bénéficiaires de profiter des expériences pertinentes de pays en développement plus avancés. La FAO joue ainsi un rôle de facilitateur pour mettre en relation pays et institutions tout en s’assurant la supervision technique et pour libérer le potentiel de financement. Le Maroc qui fait des relations de coopération africaines un choix prioritaire, a mis à la disposition de la FAO un fonds fiduciaire pour le soutien des communautés agricoles africaines. Ce fonds est  doté d’un budget de 1 million de dollars. Son objectif:  soutenir les pays africains pour la concrétisation  de la sécurité alimentaire. Les premiers bénéficiaires en sont la Guinée, le Mali et le Cameroun. Mis en place en juin dernier, le fonds bénéficie à la fois de contributions publiques et privées puisque le Crédit Agricole y participe et la Mamda va rejoindre bientôt les bailleurs de fonds, indique Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture. Depuis 1998, le Maroc fournit une assistance technique très importante pour l’Afrique avec la mise à disposition de 87 experts et techniciens au Burkina Faso, Niger et au Djibouti.
B.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc