×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Maroc Telecom
Le redressement fiscal réduit les bénéfices

Par L'Economiste | Edition N°:4213 Le 14/02/2014 | Partager
Ils ont reculé de 17,4% à 5,5 milliards de DH
Le chiffre d’affaires en repli sous l’effet de la baisse des prix au Maroc

Pour Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom, les concurrents n’investissent pas dans l’ADSL aujourd’hui parce que le segment n’est pas rentable

L’action Maroc Telecom affichait une baisse supérieure à 2% à la mi-séance jeudi. L’opérateur qui passe sous le pavillon de l’émirati Etisalat a publié un bénéfice en retrait de 17,4% à 5,5 milliards de DH en 2013. Un redressement  fiscal de 1,5 milliard de DH dont 468 millions de DH déjà provisionnés ont grevé les profits du groupe. Hors cet élément, ils  ressortiraient à 6,7 milliards de DH, a indiqué Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom, lors de la présentation des résultats le 13 février. La première capitalisation du marché va reverser la totalité du résultat aux actionnaires, soit 6 DH/action. Cela équivaut à un rendement de 6,1%. Le groupe continue à enregistrer de bons résultats dans les filiales étrangères. Le chiffre d’affaires à l’international a progressé de 9,5% à 7,7 milliards de DH. La croissance reste néanmoins insuffisante pour compenser la baisse d’activité au Maroc. Les revenus de Maroc Telecom y ont baissé de 8,1% à 21,2 milliards de DH. La bataille des prix sur le marché domestique pèse sur les revenus des opérateurs. Les tarifs ont reculé de 27% l’année dernière. «Ils ont baissé de 52% chez Maroc Telecom sur les deux dernières années», soutient Ahizoune. Les opérateurs sont toujours sur l’offensive avec la multiplication des offres promotionnelles. La baisse des prix n’est peut-être pas encore terminée. Et pour les entreprises il faudra trouver l’équilibre pour maintenir la rentabilité. Pour l’instant, l’opérateur historique affiche une marge d’Ebitda au Maroc qui reste tout de même élevée à 57,8%. Elle ressort à 56,8% pour l’ensemble du groupe.
La compétition sur le marché domestique est essentiellement concentrée sur le segment du mobile. Le parc client de l’opérateur a dépassé 18 millions de relations à fin 2014. Plus de 90% du portefeuille est composé de clients prépayés. L’obligation d’identification des clients imposés par le régulateur pourrait donner lieu à une migration de clients dans le secteur en cas de désactivation des puces anonymes. «Il n’y aura pas un impact sur les parcs et le business des opérateurs. Les distributeurs pourraient en revanche être fortement menacés», pense Ahizoune. Sur le marché de l’ADSL, Maroc Telecom est en situation de quasi monopole (99,95% de part de marché). D’autres acteurs lorgnent ce marché mais feraient face aux blocages de Maroc Telecom pour le dégroupage. Du côté de l’opérateur historique, «nous souhaitons haut et fort le dégroupage», a indiqué Ahizoune. Pour lui, les concurrents hésitent à investir sur un segment qui aujourd’hui n’est pas rentable. D’un autre côté, «ils souhaitent un dégroupage dans des conditions tarifaires qui ne sont pas équitables», avance le patron de Maroc Telecom. La bataille dans les télécoms promet encore de longues empoignades.
F. Fa & A. Lo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc