×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Competences & rh

    Préscolaire
    Coup de pouce aux enfants de Sidi Moumen

    Par L'Economiste | Edition N°:4200 Le 28/01/2014 | Partager
    Care Maroc et la Fondation Attijariwafa bank s’impliquent
    2.000 enfants et parents bénéficieront d’un projet de restructuration

    Care international Maroc  intervient particulièrement dans les régions de l’Oriental et du Grand Casablanca (Les visages ont été modifiés)

    Jardin d’enfants, pré-maternelle, garderie,… le préscolaire est une étape primordiale pour préparer l’entrée de l’enfant dans l’univers de l’éducation. Dans cette optique, Care international Maroc (ONG de droit marocain) vient de lancer, le 24 janvier, la 2e  phase du projet d’appui à l’éducation préscolaire à Sidi Moumen. Une initiative menée en collaboration avec la Fondation Attijariwafa bank et l’Académie de l’éducation et de la formation du Grand Casablanca. Le budget alloué à ce projet s’élève à 4 millions de DH sur une durée de 3 ans. Il s’inscrit dans le cadre de la restructuration du préscolaire et l’amélioration de la qualité de l’éducation des enfants issus de milieux défavorisés, notamment à Casablanca. Environ 2.000 enfants, 40 écoles publiques et privées et près de 2.000 parents sont ciblés. Des dons d’équipements, des séances de sensibilisation et des projets d’établissements ainsi que des formations d’éducateurs sont accordés aux bénéficiaires. Il s’agit de 92 heures de formation et de 12 modules étudiés. «Nous avons été initiés à la pédagogie de l’éducation et à l’organisation de l’espace pour un meilleur épanouissement de l’enfant», témoigne une éducatrice formée par Care Maroc. Cette nouvelle chance accordée aux enfants défavorisés a pour objectif de réduire les inégalités et de lutter contre l’abandon scolaire. «Notre but n’est pas de créer des écoles d’excellence, mais plus d’accompagner ces enfants pour les aider à s’intégrer», souligne Sophie Perez, directrice pays de Care international Maroc. «Il s’agit d’un double enjeu, la généralisation du préscolaire et la résolution du problème d’équité», ajoute Khadija Benchouikh, Directrice de l’Académie régionale de l’éducation. De plus, même les parents sont intégrés dans ce programme. Ils sont censés contribuer à l’amélioration de l’éducation à travers leur implication au sein des associations des parents d’élèves. Pour rappel, la 1re phase du projet de Sidi Moumen s’est achevée en avril 2013. Elle s’articulait autour du diagnostic et de la prise en contact ainsi que l’accompagnement de 12 écoles publiques et privées. Cette expérience n’est pas la première menée par Care Maroc. L’année dernière à Dar Bouazza, près de 600 enfants et familles ont bénéficié du projet de restructuration du préscolaire (cf. notre édition n°4016 du 23 avril dernier). A présent, cette ONG de droit marocain lance un appel à toutes les entreprises pour plus d’implication dans le développement social.


    Rajaa DRISSI ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc