×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Brèves internationales

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:4199 Le 27/01/2014 | Partager

    • Egypte: 49 morts pour le 3e anniversaire de la révolte
    Au cours des célébrations du 3e anniversaire de la révolte en Egypte samedi dernier, au moins 49 personnes ont été tuées et quelque 1.079 manifestants ont été arrêtés. Des violences ont eu lieu au Caire et à Alexandrie entre les opposants et partisans du pouvoir aux mains de l’armée. Les Frères musulmans et les mouvements de la jeunesse ont été violemment dispersés par la police massivement déployée dans le pays, à grands renforts de grenades lacrymogènes et de tirs de fusil à pompe.
    En outre, six attentats ont visé la police vendredi et samedi au Caire. Les grands axes de la ville ont été bouclés et les rues menant à des commissariats ou des postes militaires ont été fermés. Désormais, les forces de l’ordre sont visées quasi quotidiennement par des attentats. La plupart ont été revendiqués par un groupe jihadiste basé dans le Sinaï, s’inspirant d’Al Qaïda, Ansar beit al-Maqdess.

    • Le pays évacue ses diplomates de Libye
    L’ambassadeur d’Egypte en Libye et des dizaines de diplomates ont quitté Tripoli pour des raisons de sécurité, après l’enlèvement de cinq employés de l’ambassade. Selon le ministère des Affaires étrangères libyen, la mission diplomatique égyptienne a préféré prendre ses précautions en matière de sécurité après le rapt de plusieurs membres de son staff en moins de 24h entre vendredi et samedi.
    Ces événements interviennent peu après l’arrestation vendredi en Egypte de Chaaban Hadeia, alias Abou Obeida, chef d’ex-rebelles libyens, connu sous le nom de Centre d’opération des révolutionnaires en Libye, d’obédience islamiste. 
    Depuis la chute de Mouammar Kaddafi en octobre 2011, les autorités de transition se montrent incapables de rétablir l’ordre et la sécurité dans un pays en proie à l’anarchie et aux violences meurtrières. 

    • Les Syriens discutent le sort des disparus
    La 2e journée des négociations des Syriens à Genève a été centrée sur la question des prisonniers et des disparus depuis que le mouvement de contestation de mars 2011 a tourné en guerre civile. Les négociateurs du régime et de l’opposition réunis par le médiateur de l’ONU, Lakhdar Brahimi, discutent de la libération des femmes et enfants emprisonnés. Jusqu’à présent, il n’existe pas de chiffres exacts, mais les organisations de défense des droits de l’Homme évoquent des milliers de prisonniers et de disparus.
    L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) parle de 17.000 disparus et des «dizaines de milliers» de prisonniers dans les prisons du régime. Ces disparitions forcées avaient été qualifiées par l’ONU de «crime contre l’humanité».

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc