×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès: Le MAS dans l’impasse!

Par L'Economiste | Edition N°:4160 Le 28/11/2013 | Partager
Le président du club réclame 4 millions de DH pour partir!
Salaires impayés, CNSS… 5 millions de DH d’arriérés

UNE trésorerie défaillante, des résultats au plus bas du tableau, un président dont l’attitude a fait les choux gras de la presse, et un bureau démissionnaire… Rien ne marche pour le Moghreb de Fès. Malgré le palmarès impressionnant de 2011, aujourd’hui, l’équipe traverse une crise sans précèdent.
Dimanche dernier, ses supporters ont exprimé leur colère après une autre défaite à domicile. Ils étaient des centaines à scander «sauvez, sauvez, sauvez le MAS!», envahissant les rues de Fès mais fort heureusement sans incident. Un sang froid qui a manqué au président du MAS, Marouane Bennani, lors de l’assemblée élective du président de la Fédération royale marocaine du football, annulée à juste titre par la Fifa. Commentant ce qui s’est passé lors de cette assemblée, Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des sports, a réprouvé l’attitude des personnes dont le comportement nuit à l’image du sport national. Pour rappel, le MAS est dans l’impasse, et ce depuis le 18 avril 2012. Date à laquelle, rappelons-le, Bennani avait été entendu par le service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Fès. Il avait été accusé de «dilapidation de deniers publics». Depuis, plusieurs sponsors se sont rétractés, y compris le Conseil communal de Fès. Idem pour des adhérents de marque tels Ismail Jamaï, dirigeant du Groupe Jamaï, ou encore Mohamed Guessous de la société Afej immobilier. Et tout dernièrement, trois dirigeants du comité du club ont jeté l’éponge. Il s’agit en l’occurrence du jeune Réda Zaïm, le textilien Abdou Belkhayat et le notaire Mohamed Saddouk. Ils expliquent leur départ par le manque de leadership et les conditions difficiles de travail dont souffre le club.

Au MAS, le pessimisme régnant depuis la fameuse
réaction du président Marouane Bennani, lors de
l’assemblée de la FRMF, est parfaitement justifié compte

tenu de la délicate situation financière que vit actuellement

le plus ancien club de la capitale spirituelle

Pour Abdelhak Marrakchi, un autre membre du comité, «aujourd’hui, le MAS comptabilise quelque 5 millions de DH d’arriérés entre salaires des joueurs et du personnel, CNSS, primes… et le président nous réclame 4 millions de DH pour céder son fauteuil». «Marouane Bennani qui a annoncé son départ veut, auparavant, récupérer la moitié du montant qu’il aurait misé sur l’équipe», explique Marrakchi. Le club est en détresse et c’est toute la ville qui en souffre. Si la marche de dimanche a été maîtrisée, quelle garantie qu’elle ne dégénère pas par la suite? Pour bon nombre d’observateurs, l’intervention du wali Mohamed Dardouri est nécessaire pour résoudre la situation «conflictuelle» du MAS. Ils se rappellent à cet égard l’initiative de Mohamed Rharrabi, l’ex-wali, qui avait soudé les rangs du Moghreb de Fès en 2006 pour atteindre, quatre ans plus tard, les sommets de l’Afrique (www.leconomiste.com). En attendant, il faut réactiver les adhésions, car il s’agit d’une manne de 10.000 DH/personne qui pourrait réalimenter les caisses. Par ailleurs, «le futur président doit être élu démocratiquement. Il serait souhaitable pour le club que le futur dirigeant soit un homme du métier et pourquoi pas issu de Fès», conclut Marrakchi.


De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc