×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Actu/Les réseaux MRE, essentiels

Par L'Economiste | Edition N°:4145 Le 04/11/2013 | Partager

Pour Christian Jean, directeur de recherche et innovation au Groupe Oxia, l’intelligence économique n’est pas de disposer d’informations sur ses concurrents, mais plutôt de savoir la gérer en réseau

- L’Economiste: Quel est l’impact de la crise sur l’évolution de l’intelligence économique?
- Christian Jean: Aujourd’hui, l’évolution fondamentale des pratiques et des organisations fait que les acheteurs, avec la crise économique, ont pris le pouvoir sur toutes les activités y compris celles des services. Avant, ils achetaient uniquement des fournitures et des équipements, alors qu’aujourd’hui, ils achètent des hommes. Au-delà d’une forte connaissance technique, les experts sont d’une grande diversité et d’une haute spécialisation. La capitalisation, la préservation et la mise en réseau de leurs savoirs est un élément stratégique de l’évolution et de la pérennité de l’entreprise. Et avec la mondialisation, on constate la disparition des PME de services au profit des grands groupes. Cela s’accompagne souvent par des déplacements d’experts qui peuvent quitter des territoires. Cette perte de savoir met en péril les entreprises sous-traitantes et l’innovation  concentrée dans les petites structures, mais aussi des territoires qui perdent leurs expertises et donc leur attractivité. Nous restons souvent dans un modèle de relation archaïque entre les donneurs d’ordre et les sous-traitants, de même entre les salariés et le management, les rapports de domination et les organisations mono-centrées sont prépondérants. Il faut développer une organisation en réseau où chaque acteur ou chaque individu est à la fois porteur de son emploi, de son savoir, de son environnement et de ses réseaux. C’est le nombre qui fait la force, la résistance du filet tient dans le nombre de mailles et non dans l’épaisseur d’un fil… ou d’une personne.

- Qu’en est-il pour le Maroc?
- Sur ce volet, je tiens à souligner le rôle joué par les MRE dans la constitution de ce nouveau système de réseaux qui  permet d’avoir les informations stratégiques et de mobiliser des potentialités au profit du positionnement du Royaume. L’intelligence économique est une forme de patriotisme économique. Les MRE sont des artisans actifs de la réussite du Royaume, en donnant une image positive de leur pays, en mobilisant les autorités chaque fois qu’une opportunité se présente pour la pousser au Maroc plutôt qu’ailleurs. Ce sont ces petits gestes et cette mobilisation qui expliquent en grande partie la réussite marocaine. Réussite qui s’appuie sur des autorités toujours disposées à répondre positivement à ces initiatives. Sans la volonté des Marocains de l’étranger, l’offshore ne connaîtrait pas un tel succès, sans la mobilisation des centraliens marocains, il n’y aurait pas d’Ecole centrale au Maroc. La force du Maroc réside dans sa jeunesse et sa très grande force est de croire en cette jeunesse.
Propos recueillis par
Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc