×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Stockage de gaz: Somas étend ses capacités

Par L'Economiste | Edition N°:4114 Le 17/09/2013 | Partager
Mise en service d’une troisième cavité de 140.000 m3
La capacité totale de l’entreprise couvre désormais 10% de la demande

Le gaz, comme les autres produits pétroliers liquides, exige, pour la sécurité d’approvisionnement du marché national, des stocks de sécurité. Une importante part des investissements va dans le foncier et les marmites

La Société marocaine de stockages (Somas) étend ses capacités. L’entrée en service, début octobre, de la 3e cavité saline souterraine de stockage de gaz butane portera celles-ci à 370.000 mètres cubes, soit 10% de la demande nationale actuelle. La réalisation de cette 3e cavité, dont le volume s’élève à 80.000 mètres cubes, sur le site de stockage souterrain en cavités salines de Sidi Larbi, près de Mohammedia, est confiée à Geostock, filiale de BP, Entrepose Contracting et Total. Cette montée en puissance du site est opérée grâce à deux bassins de 250.000 mètres cubes, créés par saumurage (salaison). Ainsi, les capacités de stockage et leur profondeur offrent une solution (technique) privilégiée pour le stockage souterrain du gaz naturel. Pour le transport, deux pipes de 6 km relient le port et Mohammedia. Puis deux autres de 12 km pour acheminer le gaz jusqu’au site de la Somas, à Sidi Larbi. En plus d’un autre pipe de 17 km, reliant directement le port pétrolier de Mohammedia à Sidi Larbi, jusqu’ aux sites de stockage des grossistes. Au total, ce sont 500 millions de dirhams investis par le consortium d’entreprises (Afriquia Gaz, Samir, Petrom, Ziz, Total et Vivo Energy, ex-Shell) dont une partie en fonds propres et le reste en emprunts bancaires. Là aussi, comme pour les produits pétroliers liquides, c’est le privé qui assume les coûts liés à ce stockage stratégique. Cependant, la première cavité, mise en service en 1978, et la deuxième, opérationnelle depuis 1988, ont été lancées du temps où l’entreprise était encore sous le contrôle de l’Etat marocain.
Justement, le désengagement de l’Etat dans le stockage de sécurité de gaz comme son absence dans celui des produits pétroliers liquides impactent lourdement les finances des entreprises du secteur. Les estimations du Groupement des pétroliers (GPM) évaluent à 9 milliards de DH l’immobilisation financière dans ces stocks (foncier, marmites et produits). Pourtant, le modèle, à sa création en 1974, de la Société marocaine de stockage devait assurer les stocks stratégiques de sorte à alléger la trésorerie des entreprises privées du secteur. L’Etat tiendra 22 ans avant de céder. Le consortium d’entreprises ayant repris l’affaire aura attendu 17 ans plus tard pour une montée en gamme significative.
B.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc