×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Compétitivité
Comment inverser la tendance

Par L'Economiste | Edition N°:4106 Le 05/09/2013 | Partager
Refonte du système fiscal, notamment avec une neutralité de la TVA
Miser sur la recherche et développement dans les secteurs porteurs

Face à un environnement international en pleine reconfiguration, le Maroc dispose d’une série d’atouts pour améliorer sa compétitivité. Cela passe par l’activation de certains leviers, déjà identifiés, mais insuffisamment exploités. C’est le cas notamment de la position géographique, qui doit être mise à profit en «développant les aspects logistiques». D’ailleurs, c’est la proximité avec l’Europe mais aussi avec l’Afrique qui a favorisé le développement de certains métiers, permettant au Maroc de montrer une résilience face à la crise, de l’avis des experts du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Quoi qu’il en soit, le CESE appelle à une mobilisation de tous les intervenants pour atteindre l’objectif de la compétitivité. L’idée est de miser sur le renforcement des piliers de l’économie marocaine, en introduisant de nouveaux mécanismes dans le modèle de croissance. Il s’agit notamment de l’innovation dans les secteurs porteurs. En effet, l’étude réalisée par le Conseil économique souligne l’importance d’orienter l’investissement vers des secteurs à forte valeur ajoutée, en renforçant les capacités d’innovation, de recherche technologique et de développement industriel. Sur ce point, il est recommandé aux pouvoirs publics de rompre avec le raisonnement basé sur la logique du chiffre d’affaires, en faveur d’une logique d’investissement dans des projets axés sur les résultats en termes de brevets d’invention et des nouvelles niches. Le CESE souligne également l’importance de la politique fiscale dans le renforcement de la compétitivité. Cela passe par la lutte contre la spéculation, la réduction de l’informel et le rétablissement de la confiance entre l’administration fiscale et les contribuables. Le Conseil appelle à la refonte du fonctionnement de certains impôts. «La TVA est considérée aujourd’hui comme un frein à l’investissement, et sa neutralité pour le tissu productif doit être restaurée», est-il indiqué.
Par ailleurs, les accords de libre-échange, profitant jusqu’à aujourd’hui aux partenaires du Maroc et se traduisant par un déficit significatif de la balance commerciale, ont été également passés au crible. Les experts du CESE en déduisent que l’Etat «doit déterminer des règles d’accompagnement des entreprises nationales, qui permettraient de bénéficier au mieux des accords de libre-échange, et pas seulement de les subir». La lutte anti-dumping doit également être renforcée, afin de protéger le tissu productif local contre les pratiques de concurrence déloyale.
Parallèlement, l’étude du CESE met en avant la nécessité d’agir sur des leviers structurels, qui permettraient de consolider la compétitivité du Maroc sur le moyen et long termes. Cela concerne notamment «une réforme profonde du système d’éducation et de formation professionnelle». Cet ancrage du tissu productif dans la société du savoir s’étend également à la formation continue, notamment au niveau des PME. Il est donc recommandé «d’allouer des parts du budget à la formation au sein des entreprises, avec la possibilité d’un accompagnement de l’Etat».

Initiative Maroc Innovation

L’innovation constitue le maître-mot pour le développement de la compétitivité durable, comme il ressort de l’étude du CESE. La recherche et développement doit être encouragée par l’Etat, soit de manière directe, en augmentant les financements publics de ces activités, soit de façon indirecte, à travers des incitations fiscales. C’est pour cela que le Conseil appelle à la mise en œuvre effective du plan «Initiative Maroc Innovation», qui vise la production de 1.000 brevets et la création de 200 start-up innovantes à l’horizon 2014.  

M. A. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc