×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

L'APP au Club de L'Economiste
Plus de 80% des projets bouclés

Par L'Economiste | Edition N°:3976 Le 26/02/2013 | Partager
Un niveau atteint par tous les secteurs ciblés
16,7 millions de DH au profit des coopératives féminines
Réalisation de 110 unités de production artisanale

L’arboriculture fruitière constitue un axe majeur du Compact I de l’APP. A fin janvier 2013, l’intervention de l’agence a permis de planter 69.000 hectares dans différentes zones du Maroc, grâce à une enveloppe de 104 millions de dollars

A quelques mois de la clôture du programme Compact du Millennium Challenge Account Maroc (MCA), géré par l’Agence du partenariat pour le progrès (APP), les chantiers sont bien avancés. En effet, à fin janvier 2013, les taux de réalisation dépassent les 80%. C’est ce qu’a affirmé Mourad Abid, directeur général de l’APP, invité du Club de L’Economiste du 22 février. Celui-ci a insisté sur «la spécificité du modèle de développement adopté par le MCA, qui se démarque des autres bailleurs de fonds». En effet, les programmes de cet organisme ont un «objectif de croissance économique qui se veut un outil de réduction de la pauvreté. Tout projet fait l’objet d’une analyse de rentabilité économique, et ceux qui ne sont pas rentables sont éliminés», est-il indiqué. Mieux, les initiatives lancées via ce programme «sont venues en soutien aux stratégies sectorielles comme le plan Maroc Vert, Halieutis, Vision 2015 de l’artisanat…», a souligné Abid. D’ailleurs, «la conception du projet d'arboriculture fruitière du Compact a inspiré la mise en œuvre du pilier II du plan Maroc Vert», a-t-il ajouté. Globalement, le programme Compact I a permis de lancer une série de projets économiques à dimension sociale, dans les différents secteurs identifiés. Cela concerne notamment le domaine agricole avec une série d’actions en faveur de la filière de l’arboriculture fruitière. Cela a porté à la fois sur la construction des infrastructures, mais aussi sur le renforcement des capacités des professionnels. A fin janvier 2013, ces mesures ont permis de planter 69.000 hectares, soit 86% des 80.000 ha prévus. Cela a nécessité le déboursement d’une enveloppe de 104 millions de dollars (873 millions de DH). A cela s’ajoutent la mise en place de 600 km de séguias sur 730 km prévus, ainsi que le financement des travaux et de l’équipement de 20 usines modernes de trituration d’olives. Au niveau du soutien apporté aux professionnels, le bilan de l’APP montre que sur un total de 39.600 agriculteurs, 19.235 ont été formés à la conduite technique de l’olivier. Aussi, près de 7.945 agriculteurs ont été formés à la conduite technique du dattier, sur un total de 9.900. Ce programme a également mis l’accent sur la création et le renforcement des capacités de près de 600 associations, coopératives et groupements d’intérêt économique. Les coopératives féminines ont bénéficié de projets d’un montant de 2,9 millions de dollars (16,79 millions de DH), relatifs notamment à la trituration ou conserve d’olives, le séchage des figues, le conditionnement et le stockage des dattes… D’autres secteurs ont également profité des investissements de cette agence. Il s’agit notamment de la pêche artisanale. Cela a porté sur l’achèvement des travaux de construction des points d’attache de certains ports, comme celui de Tifnit, Sidi Abed, Tan Tan, Ras Kebdana, ainsi que du marché de gros aux poissons de Beni Mellal. Les travaux se poursuivent également au niveau de 8 autres points d’attache, 8 ports et 4 marchés de gros aux poissons, sur toute la côte marocaine, à l’exception des provinces du Sud, qui n’ont pas été incluses dans ce Compact, est-il indiqué. Certaines actions de l’agence rappellent les initiatives de l’INDH, à l’instar de la formation et l’organisation de 1.189 marchands ambulants de poisson, dont 623 équipés en tricycle avec caisson isotherme. D’autres projets sont encore à leur début. En effet, des études de faisabilité technique ont été lancées pour les sites de Sidi Abed et de Sidi Ifni, pour la réalisation de projets de valorisation des algues et des oursins de mer, ainsi que d’une unité de conservation de poisson.
Par ailleurs, les initiatives en faveur du secteur de l’artisanat se sont surtout focalisées sur les villes de Fès et de Marrakech. Ainsi, le programme de l’APP a permis de réaliser 110 unités de production artisanale, avec un taux d’achèvement qui dépasse 98%. A cela s’ajoute le lancement des travaux de construction et de réhabilitation de plusieurs foundouks historiques.

Foundouks

Le lancement des travaux de reconstruction des anciens foundouks des médinas de Fès et de Marrakech est une «opération difficile dans la mesure où il fallait négocier avec les occupants de ces bâtiments et assurer leur transfert», a expliqué le DG de l’APP. Ainsi, la réinstallation de 939 personnes affectées par le projet a nécessité 44,2 millions de DH. L’objectif est notamment de réhabiliter 44 km de circuits touristiques dans les médinas de Fès et de Marrakech. Parallèlement, près de 2.332 artisans potiers ont profité de formation en techniques de production, design, marketing…

Mohamed Ali MRABI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc