×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

L’APP au Club de L’Economiste
Les scénarios du Compact II

Par L'Economiste | Edition N°:3976 Le 26/02/2013 | Partager
Validation du plan de clôture par le chef du gouvernement
Au mieux, le Maroc aura 300 millions de dollars

«Nous allons dépasser 90% de nos objectifs. Un résultat honorable compte tenu de l’ensemble des contraintes», soutient Morad Abid, DG de l’APP

Avant même la fin du 1er Compact de la Millennium Challenge Corporation (MCC), le Maroc a démarré les négociations pour reconduire l’aide américaine. En fait, le soutien de Washington de près de 700 millions de dollars, accordé au Maroc, prendra fin le 15 septembre 2013. «Aucun chèque ne sera signé après cette date», tient à préciser Morad Abid, DG de l’Agence du partenariat pour le progrès (APP), invité du Club de L’Economiste du 22 février.
Dans ce sens, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, s’est entretenu vendredi dernier avec Patrick Fine, le vice-président de la Millennium Challenge Corporation (MCC). Les discussions ont porté, notamment, sur le bilan du  Compact I et  la préparation d’un nouveau programme d’investissement. Le conseil d’orientation stratégique de l’APP vient d’adopter le plan de clôture du programme (voir L’Economiste du 25 février).
Pour Abid, le Maroc dispose de toutes ses chances pour reconduire le programme à condition que le Compact I atteigne l’essentiel de ses objectifs. Actuellement, l’agence a déboursé 64% du budget alloué par la partie américaine. Près de 250 millions de dollars restent à injecter en sept mois. En fait, le Maroc a également apporté un soutien de 80 millions de dollars. Cependant, le Royaume traîne le pas en matière de déboursement. Uniquement 40% du budget ont été débloqués. Pour avoir droit à une deuxième aide, le Maroc doit améliorer ses résultats dans les mois à venir. «Nous pensons atteindre 90% des objectifs», prévoit Abid.
L’ensemble de ces réalisations seront présentées à la MCC pour les étudier. Le mode opératoire de cet organisme est assez atypique. En premier lieu, MCC envoie une lettre au pays pour l’informer de son éligibilité. Une étape que le Maroc a déjà dépassée. Par la suite, deux équipes doivent se mettre en place pour démarrer des négociations qui dureront 27 mois. En attendant, l’APP sera dissoute le 15 septembre 2013 et aucun de ses membres ne devra prendre part aux échanges. Cette fois-ci, les négociations auront un caractère spécifique, notamment pour le dossier du Sahara marocain. Le premier Compact n’a pas concerné les zones sud du pays. Une donne qui pourrait changer. «Une nouvelle loi qui a été votée au Congrès américain et ratifiée par la Maison Blanche permet à ce que l’aide au développement puisse aller aux régions du Sud», explique Abid. Toutefois, rien n’est encore tranché. Côté financement, le budget du second Compact sera largement inférieur au précédent. «MCC a une règle de ne pas donner plus de 25% de son budget à un seul pays. Vu qu’elle dispose d’un budget annuel de 1 milliard de dollars, l’enveloppe allouée au Maroc ne devrait pas dépasser les 300 millions de dollars», estime Morad Abid. Les secteurs d’intervention vont également être réduits. Le Maroc est intéressé par des projets dans le tourisme, l’éducation, les routes en montagne et la culture d’arganier et de safran.

 

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc