×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3973 Le 21/02/2013 | Partager

    Tiers payant: Faut-il accélérer le processus?

    Oui et encore oui!
    Comment peut-on conduire au mieux une réforme pour le bien de tous dans une société où l’individualisme règne? Cette initiative du tiers payant conduite par la CNSS ferait le plus grand bien à notre système de santé. Sur les 15.219 Marocains atteints de maladies graves, combien, pensez-vous, ont les moyens d’avancer la somme requise pour leurs médicaments? Quand bien même ils seraient une centaine ou une dizaine, pourquoi devraient-ils se passer de soins faute de moyens? C’est quand même grave qu’il faut toujours qu’on bloque les réformes qui sont les plus utiles.
    Les pharmaciens ne sont pas contents, 30 jours d’attente pour un remboursement c’est trop long… peut-être leur mécontentement est-il légitime, maintenant il va falloir accélérer le processus et conduire des négociations rapides pour le bien de tous.
    H.. M.
    Encore un projet qui commence mal
    Avec le tiers payant, on a encore une fois voulu calquer le modèle français et, encore une fois, de travers. En tout cas, c’est mal parti! En France, la situation est réglée depuis bien longtemps: à la suite d’une prestation (chez le médecin ou le pharmacien) ou bien l’assuré règle le ticket modérateur (qui n’est pas remboursé) ou il ne règle rien du tout quand il n’a pas assez de moyens. Chez nous, ça commence par une bagarre: CNSS contre les pharmaciens… au risque de compromettre le projet. Ce qui en dit long sur la volonté de progresser dans notre pays!
    Y.. N.

    Evitons les procès d’intention
    On a souvent tendance à critiquer sans trop creuser. Les pharmaciens ne veulent pas attendre 30 jours pour être remboursés et on leur jette systématiquement la pierre, allant jusqu’à faire dans le pathos et le misérabilisme. Du genre : se soucient-ils des malades? C’est à cause d’eux que le process n’avance pas, etc. Seulement, est-ce qu’on s’est posé la question de savoir pourquoi ils ne sont pas d’accord? Un pharmacien a aussi une famille à nourrir et leur situation est de plus en plus préoccupante avec toutes les pharmacies qui poussent un peu partout dans nos villes. Il peut arriver qu’un pharmacien (profession autrefois génératrice de bons revenus) ait du mal à gérer ses fins de mois. Espérons que les deux parties trouveront un compromis satisfaisant et évitons les procès d’intention qui ne font jamais avancer les débats.
    J. L.

     

    Mariage des mineurs: Stop au scandale!

    Etre autonome d’abord
    Je suis totalement opposée aux mariages des filles et garçons de moins de 18 ans. Ils ne sont pas mûrs, ils ne peuvent prétendre à avoir une famille et élever des enfants, même si techniquement, certains peuvent faire des enfants. Mais dans quel état! Comment concevoir qu’un (e) gamin (e) va éduquer un autre gamin! La place d’une fille ou un garçon de moins de 18 ans est sur les bancs d’une école ou en apprentissage. Pas avec une belle-famille! Le Maroc a besoin d’un peuple fort et intelligent, bien formé, bien éduqué. Notre pays manque de compétences pour affronter la concurrence et la mondialisation. Des filles mariées jeunes deviennent vite un boulet pour les familles, et elles sont fichues à la porte pour atterrir sur nos trottoirs à mendier ou autre chose. Commençons par les protéger au lieu de les voir comme de la chair fraîche! Pas de mariage avant d’être autonome.
    Y. Y.
    Moyen Age!
    Comment peut-on continuer à accepter le mariage de jeunes filles mineures? Dans les zones rurales du Maroc, on voit encore des gamines de 12, 14 ou 16 ans mariées parce qu’elles n’ont pas d’autres alternatives. Les familles estiment qu’il ne faut pas  «faire traîner le mariage» car leurs filles ne trouveront plus de prétendants. Plus elles seront «placées» tôt chez un mari, plus la famille aura le sentiment d’avoir accompli son devoir. C’est vraiment une pratique du Moyen Age. Il faut dire aussi que, faute de scolarité, la majorité des fillettes sont «condamnées» à un mariage précoce, sinon à 20 ans elles sont considérées comme «des vieilles filles». Donc, il faut encourager et inciter les familles à envoyer les petites filles à l’école. C’est la parade contre les unions précoces. La justice doit aussi assumer son rôle.
    B. Z.

     

    TPA détourné par les professeurs en médecine

    Je me demande de quel droit ces professeurs, payés par l’argent des contribuables, font payer les contribuables deux fois (salaire + honoraires en espèces dans les cliniques privées). C’est inhumain. Il y a une rude concurrence entre ces professeurs qui veulent s’enrichir plus et le plus rapidement (les villas avec piscine, les maisons secondaires, tertiaires, etc.). Sans oublier que cet acharnement se fait sur le dos de leurs  familles (conjoint et enfants). Pas le temps pour les voir. Ils sortent le matin de bonne heure et rentrent le soir très tardivement épuisés. Quelle vie!
    S. A.

     

    Toujours pas de  remaniement ministériel !
    Aujourd`hui, les politiciens ne font pas leur possible pour rendre plus cohérent le gouvernement et le remanier. Ils préfèrent se chamailler pour savoir qui aura la plus grosse part du gâteau. C’est ainsi que l’Istiqlal recherche à tout prix les règlements de compte avec le PJD, entre autres. Du calme messieurs, l`intérêt du pays doit passer avant tout. Ce n`est pas le moment de déstabiliser ce gouvernement. Laissons-le travailler.
    S. R.

    Cour des comptes: Rapport prudent!
    Je trouve l’approche de la nouvelle équipe de la Cour des comptes plus prudente et plus mature. Que gagne le Maroc à continuer à mettre tous ses patrons en prison pour leurs erreurs, qu’elles soient volontaires ou pas? Le message est déjà passé lors des arrestations des années précédentes.
    La justice est présente au Maroc pour veiller au respect de la loi par tous. Aujourd’hui, il est surtout important de mettre en place des outils permettant un contrôle structurel de la bonne gouvernance.  La Cour des comptes doit plutôt veiller sur cela et implicitement on pourra ainsi empêcher les mauvaises dérives !
    F. G.

    Réformes: Solutions concertées
    À écouter les questions-réponses dans les deux chambres au cours de la séance réservée au chef du gouvernement, on découvre que tous les secteurs nécessitent une réforme complète et radicale! L’enseignement, la santé, le logement, la caisse de compensation,  la sécurité routière, le sport, la développement des zones éloignées et montagneuses, l’informel, la justice, les impôts, la corruption... Et j’en passe. Mais le comble, on demande à Benkirane d’avoir une vision claire et applicable immédiatement pour remettre tous ces chantiers sur le droit et bon chemin.
    Après 50 ans de mauvaise gouvernance dans tous les domaines, l’opposition (dont certains ont déjà gouverné) n’arrête pas de crier haut et fort que ce gouvernement n’a pas de vision pour solutionner les problèmes de tous les secteurs, la question est: Qui de l’opposition a une solution? C’est pourquoi seules des assises dans chaque domaine peuvent donner des solutions concertées. Il appartiendra alors à  Benkirane de trancher.
    M. C.

    Consommons marocain
    On entend de plus en plus parler du Label France, Label USA, et dans un documentaire, on nous informe que les Australiens sont prêt à payer un produit labellisé australien 30% plus cher que le même produit importé! (sic)
    Quand pourrons-nous, nous Marocains, avoir un label Maroc et consommer dattes marocaines, miel marocain, amandes marocaines, bananes et pommes marocaines?
    Achetons également les voitures montées au Maroc et des pantalons et chemises marocains! Arrêtons de dénigrer tout ce qui est fabriqué au Maroc! Nos enfants n’iront plus risquer leur vie dans une soute de camion!
    M. C.

    Sécurité routière: Louable initiative
    A mon avis,  le slogan utilisé: «La sécurité est l’affaire de tout le monde» veut dire tout et rien en même temps. Ce genre de slogan peut signifier que personne n’est responsable. Or, le ministère de l’équipement et du Transport est le premier responsable dans notre pays!
    Installer les radars, utiliser les alcootests, renforcer le contrôle sur les routes et j’en suis sûr, le nombre de décès diminuera.
    A. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc