×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3968 Le 14/02/2013 | Partager

    Forum de Paris-Casablanca Round

    Bravo !

    Bravo pour le Forum de Paris - Casablanca Round, belle tenue, beau décrassage de méninges et en plus le Burkina a été en finale de la CAN… où
    L’Economiste est en train de créer un journal !
    J. F.

    Bel effet
    Les spots se sont éteints, les micros aussi, le Forum est terminé. Il restera dans notre mémoire le sentiment d’avoir participé à un évènement exceptionnel. Bravo et merci de nous l’avoir offert.
    J.L.M.

    Ouverture
    Bonjour aux collègues de L’Economiste,
    Des sources m’avaient parlé de votre Forum de Paris… à Casablanca (quel nom étrange, je n’ai pas compris). Je suis venu voir sans vraiment connaitre le Maroc. Je suis impressionné: la liberté de ton, l’humour, le climat de confiance et de bienveillance que vous créez autour de vous, votre organisation digne des grandes rencontres mondiales, les sujets que vous débattez.
    Je suis impressionné, en toute franchise. (…) Pigasse ne sait pas ce qu’il a manqué. (….) Nous devrions en France importer votre banquier qui a dit qu’il voulait travailler «bêtement». Des hommes comme ça, ça empêche les crises. (NDLR : Matthieu Pigasse, de la banque d’affaires Lazard n’est pas venu; Mohamed Kettani, Président de Attijariwafa Bank  a critiqué les produits financiers trop sophistiqués, trop «intelligents» ayant entrainé la crise).
    Confraternellement.
    O.B.

    Impressionnant
    Permettez moi d’abord de vous remercier de votre invitation au Forum de Paris; j’ai été ravi d’y assister. Ensuite de vous féliciter pour la qualité des orateurs que vous avez sélectionnés, et la parfaite organisation, le tout pour traiter d’un sujet à la fois actuel et prospectif.
    J’ai été sincèrement impressionné par le déroulement très «pro» de cette journée dont vous pouvez être fiers! Et bravo enfin d’avoir su mobiliser autant de monde autour de ces débats!
    M. B. J.

    Energie et intelligence
    Bravo pour toute l’énergie et l’intelligence que vous avez tous mis dans cette édition !Et merci encore pour l’invitation renouvelée. Je souhaite suggérer de diffuser un questionnaire de satisfaction-suggestions auprès des participants pour faire encore mieux aux prochaines éditions.
    Quelques intervenants sont bien, comme le Pr. Chalmin mais c’est un peu des redites, ne trouvez-vous pas? Mais comme c’est la troisième fois que je viens, je crois que c’est bien pour les nouveaux participants…
    D’autres ont été vifs et pertinents comme Adil Douiri. Admirable.
    Nous aurions aimé revoir  Youssef Courbage, le démographe, El Aynaoui le financier et Bentolila, le linguiste. Et le philosophe Ali Benmakhlouf.
    A votre bon jugement en dernier ressort !
    Amitié.
    J. T. B./ T. I. B.

    Remerciements
    Merci pour m’avoir invité à participer au Forum. Ce fut très énergétique pour moi ; un peu compliqué pour m’y rendre mais je ne le regrette nullement!! J’ai entendu des propos de très grande qualité et bravo pour la manière dont avez géré le temps de toutes ces fortes personnalités. Toutes mes amitiés et mes remerciements à toute l’équipe!!
    M.N.

    Décrassage
    Merci de m’avoir invité au Forum de Paris-Casablanca Round. C’est un très bon décrassage des idées que vous nous offrez, avec un mélange de fermeté et de gentillesse qui caractérise L’Economiste et le groupe Eco-Médias.
    J’ai trouvé les sujets encore mieux que l’année dernière. J’ai entendu les interviews sur la Radio Atlantic. C’était très bien aussi, avec les bonnes questions et les bonnes réponses.
    Aziz  A.

    Délocalisations
    Bravo pour le Forum de la semaine dernière : en une journée, on sait ce qui se dit dans le monde.
    Pourquoi vous continuez à appeler ce Forum de Casablanca avec le nom de Paris? Casablanca suffit. M. Montebourg, qui veut fermer les emplois au Maroc,  doit venir l’année prochaine pour lui montrer la délocalisation.

    Marocains du Monde
    Mme Salah, l’équipe de L’Economiste et du Forum de Paris, je vous félicite d’avoir fait découvrir des Marocains qui font des carrières très loin et très haut. Je cite le Pr. Najim, de l’Université de Bordeau, le Pr Baloui (voir aussi sa tribune en pages 28 & 29), expert de la complexité en mathématiques et El Khair Idrissi, manager en Corée. Des hommes modestes et brillants dont nous sommes fiers.
    Je vous suggère d’ajouter une journée au Forum, qui sera dédiée à des Marocains grands managers et grands scientifiques…. Bonne continuation au Forum.
    Mariem B.

     

    Retraite : Petits calculs
    Si l’on compare la Caisse marocaine de retraite (CMR) et le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR), on voit que chaque caisse a un système de calcul des pensions différent. En effet, pour le CMR on compte 2.5 pour chaque année de service, alors que pour le RCAR on ne donne que 2. En clair, après 40 ans de services, on a une pension qui équivaut à 100% au CMR alors qu’au RCAR le bénéficiaire ne perçoit que 80%. En plus au RCAR, on compte le calcul de la pension sur le salaire moyen de la carrière, alors qu’au CMR, on retient le dernier salaire! Raison pour laquelle le CMR est au seuil de la faillite alors que le RCAR n’aura aucun problème durant les 20 ans à venir. On veut alors regrouper les caisses au dépens des affiliés de la RCAR. Attention à la faillite !!! 
    M. J.

    CMR : Revoir les paramètres 
    Pour que la CMR soit pérenne, il faut agir sur :
    - Le taux de la cotisation, l’augmenter progressivement jusqu’à atteindre (+13%) patronale et salariale
    - Le salaire de référence (moyenne des 8 dernières années) comme c’est le cas actuellement de la CNSS
    - L’âge de la retraite (62 ans dans l’immédiat et 65 ans à terme)
    A. E.

     Médecin/TPA: Enfin un compromis!Je ne sais pas de quel TPA on parle? Les professeurs médecins sont des fonctionnaires comme tous les autres et doivent être assujettis au statut de la fonction publique qui interdit à tout fonctionnaire d’exercer une autre fonction rémunérée. La médecine n’est pas un domaine pour se faire de l’argent et s’enrichir sur le dos des malades, c’est un métier humanitaire par excellence. Les médecins «chercheurs» qui courent après le TPA veulent jouir d’une faveur sans fondement juridique et anticonstitutionnelle. Faire de la pression sur le gouvernement par le refus d’organiser les examens ou des grèves ne sont pas du tout appropriés dans ce cas de figure.
    I. A.

    Corruption : Couper le mal à la racine 
    Croit-on réellement que l’on pourra vaincre la corruption tant que le citoyen ordinaire ne dispose pas de ses droits les plus basiques. La corruption est une gangrène dans la société. Et certains n’ont pas envie que le phénomène s’arrête car ils en profitent beaucoup. On a beau sensibiliser, communiquer, dénoncer…si l’on n’éradique pas le mal à la racine, on en parlera encore dans des années. C’est comme la variole,  on a mis des années à éliminer la maladie grâce au vaccin. Il faut donc trouver une solution qui permettrait au pays de s’en sortir. Il n’y qu’à s’inspirer des exemples d’autres pays. Je suis sûr que l’on peut en venir à bout…A condition que l’on s’en donne les moyens. 
    M. J.

     Travail à vie Un haut cadre responsable dans un ministère, qui a une prime de responsabilité, une voiture de service, un logement de fonction, un chauffeur, des cadeaux... perdra tout cela à sa retraite à 60 ans. Donc afin de pouvoir garder un peu plus tous ces privilèges, c’est sûr qu’il optera pour une retraite à 65 ans et même plus! On n’est pas tous sur le même pied d’égalité, donc laissez les pauvres gens partir à 60 ans et laissez les autres (chanceux) travailler le plus longtemps possible. 
    A. I.

     Privilégier les jeunes
    La retraite à 62 ou 65 ans profitera certainement aux fonctionnaires qui ne fournissent pas d’efforts physiques ou cérébraux. Aussi, je comprends que ces derniers voudront prolonger le temps de travail. 
    Ce n’est malheureusement pas le cas des salariés du privé ou de l’enseignement qui sont «essorés» jusqu’à la corde. Ceux de l’enseignement ou du secteur privé fournissent des efforts colossaux et donc souhaitent prendre la retraite à 55 ans.
    Aussi, la retraite à plus de 60 ans posera un problème encore plus grave, celui de la progression du taux de chômage, notre pays a besoin de la création d’emplois, notamment pour les jeunes.
    A. H.

     Crise obligePersonnellement, je suis pour l’augmentation de l’âge de retraite, parce qu’il y a une crise. Même les Etats européens, dont la France, ont eux aussi opté pour cela.
    Sachant que l’Irlande a opté pour 67 ans et aussi l’Allemagne, alors l’Etat doit opter pour 63 et 65 ans facultativement et laisser le choix à chacun s’il veut travailler au delà de 63 ou 65 ans.
    J. A.

     

    Mariage des mineures: Stop au scandale !

     

    Appréhender la date du mariage légal à l’aune des critères rationnels et admis internationalement devrait nous amener à adopter la loi des dix huit ans et par la même occasion restreindre la liberté du juge à quatre ou cinq cas dérogatoires au maximum. Or même les acquis de la Moudawana dans cet esprit ne sont pas appliqués.  Le mariage forcé en cas de viol n’est que la partie visible de l’iceberg. Dans certaines régions du pays, des jeunes filles subissent une énorme pression sexuelle, voire une pratique incestueuse soit de la part de leur géniteur qui a un droit de vie et de mort, soit de la part de leurs frères ou oncles, cousins, etc. Dans ces cas, la «hchouma» aidant,  la jeune fille considère son mariage comme une délivrance, oubliant parfois qu’elle va passer d’une tutelle paternelle à une tutelle encore plus tyrannique dans sa belle famille où la bru, pièce rapportée, est corvéable à souhait si son mari n’y met pas le holà. Ces réalités sociologiques sont juste un rappel du vécu douloureux de nombreuses filles dans le milieu rural. Mais pas seulement, car même dans les familles urbaines, on voit des choses abominables. Une belle-mère peut rendre ce qui devait être un mariage heureux en un cauchemar  sans fin.  Le fonds du sujet est que la loi de l’âge minimum du mariage soit respectée une fois adoptée et que les «exceptions» ne deviennent pas la règle. Reste qu’il faut aussi revoir et durcir la loi sur le viol, notamment des mineures et bannir la règle qui consiste à récompenser le violeur en lui «offrant» la violée comme un trophée. C’est à la fois un déni de justice, et la non-reconnaissance des dégâts psychologiques qu’encourt cette jeune femme à chaque minute vécue sous le même toit que son violeur.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc