×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Accords de libre échange
Le gouvernement veut renégocier

Par L'Economiste | Edition N°:3960 Le 04/02/2013 | Partager
Avec la crise, certains pays vont revenir sur des acquis selon le ministre de l’Industrie
Le démantèlement asymétrique n’a pas été mis à profit par les entreprises

Dès l’entrée en vigueur des accords de libre échange, les déficits ont commencé à se creuser. Avec l’Union européenne il était à 29,1 milliards de dirhams en 2006 avant de  passer à  47,8 milliards en 2007 et 76,9 milliards en 2008.  Avec Les Etats-Unis, actuellement  3 ème fournisseur du Maroc et son 4 éme client, les  exportations sont passées de 2,25 milliards de dirhams en 2006 à 7,5 milliards en 2011

«Nos produits ne sont pas compétitifs et nos entreprises aussi ». C’est en ces termes qu’un haut responsable résume les problèmes dont souffre l’offre exportable marocaine. Sur les dix dernières années, les exportations ont évolué à un rythme annuel moyen de 7,5% contre 10,2% pour les importations. Ce qui s’est soldé par un déficit abyssal. Les accords de libre échange signés avec les différents pays étaient censés booster les ventes du Maroc mais là les déficits se creusent. Sur l’année 2011, le déficit commercial issu des accords de libre échange s’élève à 59,1 milliards de dirhams, soit 32,3% du déficit global. Une situation qui préoccupe le gouvernement. «Nous allons évaluer les accords qui posent problème. Avec les Etats-Unis nous sommes en train de revoir certains points. Nous allons également renégocier des clauses avec la Turquie», a souligné Abdelkader Aâmara, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies lors de la rencontre organisée jeudi 31 janvier par la Chambre Française du Commerce et de l’Industrie au Maroc. Le ministre a également précisé qu’avec la crise « certains pays pourraient revenir».
Le reproche qui revient souvent est que les entreprises n’ont pas mis à profit le démantèlement asymétrique dont le Maroc a bénéficié : les exportations marocaines ont ainsi profité d’un accès aux marchés en franchise de droits de douanes depuis l’entrée en vigueur des accords (Union européenne, Turquie et Etats-Unis). En revanche, la partie adverse a accédé au marché selon un schéma de démantèlement tarifaire précis. Les entreprises marocaines n’ont ainsi démarré leur mise à niveau qu’a postériori. « Nous ne sommes pas arrivés à développer une offre compétitive ni à  l’export ni à l’import. Nous devons analyser ce qui ne fonctionne pas», souligne Younes Zrikem, président de la Commission Commerce extérieur à la CGEM. Il avance aussi que la composante investissements directs étrangers ne doit pas être occultée de l’analyse. Dans le cas de l’accord avec les Etats-Unis par exemple, «l’un des points clés est l’accroissement des exportations vers ce pays mais surtout attirer les investissements directs étrangers. Et pour cela, il faut une certaine taille de marché». 
Aujourd’hui, un travail est en cours pour améliorer les exportations. Le Maroc commence aussi à déployer le dispositif de défense commerciale. Des dispositions antidumping sont mises en place pour le contreplaqué et seraient en cours pour le PVC, la tôle d’acier laminé à chaud et l’insuline. « Le plus important  est d’optimiser et d’améliorer la gouvernance de ces accords. Le déficit n’est pas toujours une mauvaise chose, il peut traduire une certaine dynamique», soutient un responsable au Commerce extérieur. Mohamed Chafiqui, directeur des Etudes et des prévisions économiques estime «qu’il faut faire le bon diagnostic. Nous avons une période de croissance importante qui s’est accompagnée par un accroissement des importations en biens d’équipement». Pour plusieurs responsables, un effort important peut être fourni au niveau de la partie compressible de nos importations. Ils préconisent l’amélioration de la production quitte à accorder des subventions mais à conditions de les lier à des objectifs. De même, le consommateur devrait être sensibilisé à consommer marocain».  
 Dans le cas de l’Union européenne, qui reste le principal client et fournisseur du Maroc, les échanges ont atteint 270,5 milliards de dirhams en 2011. Ils sont à 50,8% du total des échanges extérieurs contre 67% en 1999. Une diversification s’est opérée au profit d’autres pays tel que les Etats-Unis, la Turquie, l’Afrique ou encore l’Asie. N’empêche, le solde commercial reste déficitaire atteignant 70,4 milliards de dirhams. Une analyse des statistiques de l’Office des Changes relève que dès 2007 le déficit a commencé à se creuser: il était à 29,1 milliards de dirhams en 2006 avant de  passer à  47,8 milliards en 2007 et 76,9 milliards en 2008.  Il a augmenté de près de 164% entre 2006 et 2008.
L’essentiel des importations en provenance de l’Union européenne porte sur les demi-produits, les produits finis d’équipement industriel et les produits finis de consommation. Quant aux exportations, elles restent concentrées sur les produits finis de consommation en particulier les vêtements confectionnés, les articles de bonneterie et les produits finis d’équipement industriel. Entre 2000 et 2011, le taux annuel moyen des exportations vers l’Union européenne a connu un accroissement moyen de 5% seulement. Selon le département du Commerce, les exportateurs marocains ne sont confrontés à «aucun problème» au sein du marché européen. En tout cas aucun recours n’a été déposé.
Avec les Etats-Unis, l’accord est conclu en 2006. Il s’agit d’un accord sur le libre accès aux marchés des produits agricoles, industriels et les services.  Les échanges entre les deux pays ont atteint 36,5 milliards de dirhams en 2011. Les Etats-Unis sont ainsi devenus le 3 ème fournisseur du Maroc et son 4 éme client. Les exportations sont passées de 2,25 milliards de dirhams en 2006 à 7,5 milliards en 2011. Quant aux importations, elles sont sur des niveaux plus importants: de 9,5 milliards de DH en 2006 elles sont passées à 28,9 milliards de dh en 2011. Avec ce pays le déficit commercial atteint 21,4 milliards de dirhams alors que le  taux de couverture est en baisse. Il s’établit à 26,1% en 2011.
Le déséquilibre des échanges avec les Etats-Unis est à mettre sur le compte de l’offre marocaine peu diversifiée. De plus, le tissu industriel est constitué en majorité par les PME. «Les entreprises marocaines ont-elles les moyens de répondre à des commandes au niveau du marché américain ? L’idéal serait de se constituer en consortium pour appréhender ce marché», soutient un responsable au Commerce extérieur. Aux Etats-Unis, les mesures sanitaires et phytosanitaires sont assez contraignantes.
Avec la Turquie, le démantèlement tarifaire s’est également opéré de manière asymétrique. Si les produits d’origine marocaine ont pu accéder librement au marché turc, les droits de douanes et taxes sur l’importation de produits turcs devrons disparaître progressivement sur une période de 10 ans. Avec ce pays, le déficit s’est également creusé. A fin 2011, les importations de Turquie se sont établies à 9,4 milliards de dirhams contre 6,4 milliards de dh en 2010. Elles étaient à 5,5 milliards de dirhams en 2006, date d’entrée en vigueur de l’accord de libre échange. Ces importations portent sur les demi-produits, des produits finis de consommation ainsi que des appareils industriels.
Quant aux exportations, elles n’ont pas encore dépassé la barre des 3 milliards de dirhams. Plus précisément, elles étaient à 2,7 milliards de dirhams en 2011. L’essentiel des exportations reste concentré sur des produits comme l’acide phosphorique ou encore des lubrifiants et les fils et câbles.
L’accord d’Agadir qui a créé une zone de libre échange avec la Jordanie, la Tunisie et ’Egypte a du mal à «décoller» comparativement aux autres pôles régionaux. En tout cas, le Maroc n’arrive toujours pas à tirer profit de cet accord. Depuis 2007, date de son entrée en vigueur les échanges entre le Maroc et ces pays sont sur une croissance annuelle moyenne de 14%. Mais leur part dans le total du commerce marocain est à 1,6% seulement en 2011. Ceci étant les exportations à destination des pays de l’accord d’Agadir sont à 1,9 milliard de dirhams en 2011 alors que les importations sont à 6,4 milliards de dirhams. Le déficit étant de 4,5 milliards de dirhams.  Avec ces pays aussi aucune requête des opérateurs sur les difficultés à accéder au marché n’a été déposée auprès des services du Commerce extérieur.

 

 

Khadija MASMOUDI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc